Comoros
MapoList


Coronavirus: Elisabeth II appelle les Britanniques à la résilience

Description: <p>Londres (AFP) - La reine Elisabeth II a encouragé dimanche les Britanniques à faire front avec "détermination" contre la pandémie meurtrière de coronavirus, assurant qu'ils finiraient par vaincre, dans une interv
Biz Congo - Repertoire Kinshasa RDC

Coronavirus: Elisabeth II appelle les Britanniques à la résilience

Description: <p>Londres (AFP) - La reine Elisabeth II a encouragé dimanche les Britanniques à faire front avec "détermination" contre la pandémie meurtrière de coronavirus, assurant qu'ils finiraient par vaincre, dans une intervention télévisée historique qui témoigne de la gravité de la crise. </p><p>S'adressant directement à la population depuis le château de Windsor, à l'ouest de Londres, la souveraine a fait allusion à la Seconde Guerre mondiale pour les inciter à faire preuve de résilience face à la maladie, qui a déjà tué près 5.000 personnes dans le pays. </p><p>"J'espère que dans les années à venir, tout le monde pourra être fier de la manière dont nous avons relevé ce défi", a-t-elle déclaré dans cette allocution enregistrée, d'un peu plus de quatre minutes. </p><p>"Et ceux qui nous succéderont diront que les Britanniques de cette génération étaient aussi forts que les autres", et que "les qualités d'autodiscipline, de détermination bienveillante et de camaraderie caractérisent toujours ce pays", a-t-elle ajouté, dans un discours "profondément personnel" selon ses services.</p><p></p><p>- "Des jours meilleurs" -</p><p></p><p>La souveraine, qui a servi comme mécanicienne durant la guerre, a laissé entrevoir une lumière au bout du tunnel."Nous vaincrons - et cette victoire sera celle de chacun d'entre nous", a-t-elle assuré."Alors que nous pourrions avoir à endurer plus encore, nous devrions trouver du réconfort dans le fait que des jours meilleurs viendront: nous retrouverons nos amis; nous retrouverons nos familles; nous nous retrouverons de nouveau." </p><p>En raison de l'épidémie, Elisabeth II s'est retirée avec son époux, le prince Philip, au château de Windsor.Agés respectivement de 93 et 98 ans, ils font partie de la population à risque face au coronavirus. </p><p>Elisabeth II a également remercié le personnel soignant, en première ligne dans la lutte contre la maladie dont a également souffert son fils aîné, le prince héritier Charles.Elle a reconnu la "douleur" et les "difficultés financières" auxquelles sont confrontées de nombreuses familles en cette "période perturbée". </p><p>Elle a salué également les Britanniques qui restent chez eux pour éviter la propagation du virus, conformément aux consignes officielles. </p><p>Cette allocution télévisée est la quatrième d'Elisabeth II en période de crise depuis le début de son règne il y a 68 ans, même si elle adresse chaque année ses voeux à la nation à Noël. </p><p>Les trois précédentes allocutions d'Elisabeth II en temps de crise ou de deuil ont eu lieu en 1991 lors de la première Guerre du Golfe, en 1997 à la veille des funérailles de la princesse Diana, et en 2002 après le décès de sa mère.Une cinquième allocution, en 2012, avait marqué le 60ème anniversaire de son règne.</p><p></p><p>- Pas de bain de soleil -</p><p></p><p>Le gouvernement britannique a menacé dimanche de durcir le confinement dans lequel les Britanniques se trouvent depuis deux semaines s'il était bafoué, notamment à cause de la tentation que représente le beau temps.</p><p>La population n'est autorisée à sortir que pour faire des courses, se faire soigner ou faire de l'exercice une fois par jour. </p><p>"Prendre un bain de soleil est contraire aux règles", a insisté le ministre de la Santé Matt Hancock, lui-même guéri du nouveau coronavirus, sur Sky News. Il s'est offusqué de ce qu'une "petite minorité" ne respectait toujours pas ces directives. </p><p>Et sur la BBC, il a prévenu que l'exécutif n'hésiterait pas à interdire l'exercice en plein air si elles n'étaient pas suivies."Si vous ne voulez pas que nous décidions d'interdire toute forme d'exercice hors de chez vous, vous devez suivre les règles".Ultérieurement, il a toutefois précisé lors d'une conférence de presse que ce durcissement n'était "pas imminent". </p><p>En plein débat sur le respect du confinement par les Britanniques, la cheffe des services sanitaires écossais, Catherine Calderwood, a fait acte de contrition dimanche pour avoir contrevenu à sa propre recommandation de rester chez soi pour éviter au virus de se propager. </p><p>Elle a reconnu s'être rendue à deux reprises dans sa résidence secondaire."Ce que j'ai fait était mal.Je suis vraiment désolée.Cela ne se produira plus (...) et il n'y a pas d'excuse", a-t-elle dit lors d'une conférence de presse, excluant toutefois de démissionner. </p><p></p> Visuel miniature: Visuel: Pays: MondeURL: 

L'Inde s'illumine contre les «ténèbres du coronavirus»

Description: <p>New Delhi (AFP) - Des bougies et des lampes traditionnelles ont été allumées dimanche pendant neuf minutes dans les principales villes indiennes contre "les ténèbres du coronavirus", qui a forcé ce pays de 1,3 millia
Biz Congo - Repertoire Kinshasa RDC

L'Inde s'illumine contre les «ténèbres du coronavirus»

Description: <p>New Delhi (AFP) - Des bougies et des lampes traditionnelles ont été allumées dimanche pendant neuf minutes dans les principales villes indiennes contre "les ténèbres du coronavirus", qui a forcé ce pays de 1,3 milliards d'habitants à se confiner.</p><p>Ce mot d'ordre avait été lancé par le Premier ministre Narendra Modi, qui a appelé ses concitoyens confinés à activer des sources de lumière dimanche à 21H00 locales (15H30 GMT) à leurs fenêtres ou sur le pas de leur porte.</p><p>Des habitants ont crié "vive l'Inde, notre mère patrie" et "va-t-en, corona!", au milieu des applaudissements et du crépitement des feux d'artifice et des pétards.Plus modernes, certains avaient activé la lampe de leur téléphone portable.</p><p>Une scène qui rappelle la grande fête des lumières hindoues de Diwali, qui célèbre la victoire du bien contre le mal et se tient à l'automne.</p><p>M. Modi s'est lui-même photographié allumant une lampe traditionnelle et a posté un message sur twitter en sanscrit, "saluant la lumière qui amène la chance, la santé et la prospérité et chasse les pensées négatives".</p><p>L'Inde est à l'arrêt depuis que les autorités ont décrété le 25 mars un confinement national de sa population.Les frontières entre États sont fermées, les transports publics inexistants, les magasins fermés.</p><p>Le ministère de la Santé a conseillé samedi à la population de porter des masques artisanaux réutilisables pour "aider à protéger la communauté dans son ensemble".</p><p>La police indienne avait bouclé vendredi une partie des accès à Dharavi, l'un des plus grands bidonvilles d'Asie, dont les ruelles étroites et surpeuplées sont mondialement connues depuis le film "Slumdog Millionaire", touché par le nouveau coronavirus.</p><p>L'Inde a officiellement largement échappé à la pandémie qui se déchaîne dans le monde, avec seulement 3.500 cas recensés, dont 83 décès, selon les derniers chiffres officiels.</p><p>Mais selon les experts, ces chiffres sont vraisemblablement sous-estimés en raison d'un faible dépistage.</p><p>En "faisant de la lumière dans les quatre directions", "nous devons défier les ténèbres du coronavirus et montrer la force de 1,3 milliard d'Indiens", avait expliqué vendredi M. Modi, nationaliste hindou, dans un message vidéo.</p><p></p> Visuel miniature: Visuel: Pays: MondeURL: 

Au Panama, une bénédiction depuis un hélicoptère pour cause de Covid-19

Description: <p>Ciudad de Panamá (AFP) - Accompagné d'un buste de la vierge et d'un ostensoir, l'archevêque du Panama, José Domingo Ulloa, est monté dimanche à bord d'un hélicoptère pour une bénédiction depuis les air
Biz Congo - Repertoire Kinshasa RDC

Au Panama, une bénédiction depuis un hélicoptère pour cause de Covid-19

Description: <p>Ciudad de Panamá (AFP) - Accompagné d'un buste de la vierge et d'un ostensoir, l'archevêque du Panama, José Domingo Ulloa, est monté dimanche à bord d'un hélicoptère pour une bénédiction depuis les airs pour cause de pandémie de coronavirus, donnant le coup d'envoi de la Semaine Sainte dans ce pays.</p><p>Masque sur le visage, il venait de célébrer une messe sans public dans un hangar d'un des aéroports de la capitale panaméenne, situé sur une ancienne base militaire, alors que les églises sont fermées au Panama. </p><p>Il a ensuite survolé la ville de Panama et les alentours, où certains habitants avaient placé des branches et des feuilles de palmier pour recevoir la bénédiction. </p><p>"Nous souhaitons également animer la vie des croyants avec cette dimension spirituelle", a déclaré Mgr Ulloa avant de monter à bord de l'hélicoptère.</p><p>"Nous sommes en train de vivre quelque chose d'inédit dans l'histoire du christianisme, célébrer la Semaine Sainte sans public dans nos temples", a-t-il ajouté. </p><p>Le Panama a fermé ses frontières, suspendu les classes, interdit l'entrée aux étrangers et mis en place un confinement obligatoire, avec des sorties limitées à deux heures par jour pour les achats essentiels. </p><p>Depuis cette semaine, les hommes sont autorisés à quitter leur domicile pour se rendre au supermarché ou à la pharmacie le mardi, le jeudi et le samedi, tandis que les femmes peuvent le faire le lundi, le mercredi et le vendredi. </p><p>Et le dimanche, personne ne sort, sans exception.</p><p>Ce pays d'Amérique centrale d'un peu plus de quatre millions d'habitants comptait dimanche 1.801 cas officiellement recensés de Covid-19, dont 46 décès. </p><p></p> Visuel miniature: Visuel: Pays: MondeURL: 

Coronavirus: les Etats-Unis prêts pour un moment «comme Pearl Harbor»

Description: <p>New York (AFP) - Les Américains s'apprêtent à vivre l'une des plus "difficiles et tristes semaines de leur vie", ont mis en garde dimanche les autorités sanitaires des Etats-Unis, où le nouveau coronavirus c
Biz Congo - Repertoire Kinshasa RDC

Coronavirus: les Etats-Unis prêts pour un moment «comme Pearl Harbor»

Description: <p>New York (AFP) - Les Américains s'apprêtent à vivre l'une des plus "difficiles et tristes semaines de leur vie", ont mis en garde dimanche les autorités sanitaires des Etats-Unis, où le nouveau coronavirus continue de semer la mort, particulièrement dans l'Etat de New York. </p><p>"La semaine prochaine sera un moment comme Pearl Harbor, comme le 11 septembre, sauf que ce ne sera pas localisé, ce sera dans tout le pays", a prévenu l'administrateur fédéral des services de santé publique, Jerome Adams sur la chaîne NBC.</p><p>"Ca va être une mauvaise semaine" avec une "escalade" des bilans macabres, a renchéri l'épidémiologiste Anthony Fauci, qui conseille la Maison Blanche dans la réponse à la crise.Même si le confinement d'une large partie de la population produit des résultats, "nous avons du mal à contrôler" la pandémie, a-t-il reconnu.</p><p>Avec plus de 320.000 cas de Covid-19 recensés, les Etats-Unis ont franchi dimanche la barre des 9.000 morts, dont plus de 4.000 pour le seul Etat de New York, épicentre de la pandémie.</p><p>Près de 600 personnes sont mortes au cours des dernières 24 heures dans cet Etat, un peu moins que les 630 décès recensés la veille, mais "il est encore trop tôt" pour en tirer des conclusions, a déclaré le gouverneur démocrate Andrew Cuomo.</p><p>L'Etat de New York est peut-être "très proche du pic" des contaminations ou bien "ce pic est peut-être un plateau et nous sommes dessus", a-t-il commenté, prudent.</p><p></p><p>- Une période "horrible" -</p><p></p><p>En attendant, le système de santé de l'Etat est déjà "sous tension" faute "d'équipements et de professionnels" en nombre suffisant, a-t-il martelé.</p><p>Le président Donald Trump, qui s'attend lui aussi à une période "horrible", a annoncé samedi l'envoi d'un millier de médecins et infirmiers militaires à New York pour aider à faire face à l'afflux de patients.</p><p>Les 325 premiers, attendus dès dimanche, seront affectés aux hôpitaux publics de la ville de New York, où la situation est la plus tendue, a précisé M. Cuomo. </p><p>Les autres seront envoyés dans un centre de conférences de Manhattan transformé par l'armée en un gigantesque hôpital de 2.500 lits, a précisé dimanche le ministre de la Défense Mark Esper.</p><p>Quant au navire-hôpital militaire the Comfort, qui est à quai dans le port de New York tout comme le Mercy à Los Angeles, il pourra finalement "être ouvert aux malades du Covid-19 si cela devient nécessaire", a-t-il ajouté.</p><p>"Pour l'instant on les garde en réserve" pour pouvoir les redéployer si l'épidémie frappe ailleurs, a-t-il expliqué.Mais "si le virus devenait trop dur à New York ou Los Angeles, on sera prêt à les ouvrir aux patients du coronavirus", a dit le ministre.</p><p></p><p>- "Patchwork" -</p><p></p><p>Au-delà de New York, plusieurs Etats sont durement touchés, comme la Louisiane, l'Illinois ou le Michigan, dont les gouverneurs démocrates ont appelé dimanche à un plan d'action fédéral pour harmoniser les mesures de précaution.</p><p>"Ne pas avoir de stratégie nationale pour l'ensemble du pays, mais un patchwork qui dépend des gouverneurs, créé à mon sens une situation poreuse pour le Covid-19", a estimé la gouverneur du Michigan Gretchen Whitmer, alors que neuf Etats, du centre et du sud, n'ont pas adopté de mesures de confinement pour leur population.</p><p>"Le virus ne connaît pas les frontières", a ajouté le gouverneur de l'Illinois, Jay Pritzker."C'est au gouvernement fédéral de dire à tous les gouverneurs de prendre des mesures de confinement", a-t-il ajouté en reprochant au président Trump d'avoir été "réticent" face à ces mesures coûteuses économiquement.</p><p>Ces neuf Etats, dont l'Iowa, l'Arkansas ou les deux Dakota, sont des gros producteurs de denrées alimentaires "et ils peinent à trouver les moyens pour continuer à nourrir le pays avec une population cloîtrée à la maison", a avancé le médecin en chef Jerome Adams. </p><p>"Mais je voudrais leur dire: donnez-nous un mois, une semaine, ce que vous pouvez !", a-t-il plaidé."Il y a une lumière au bout du tunnel, mais tout le monde doit jouer le jeu."</p><p></p> Visuel miniature: Visuel: Pays: MondeURL: 

Virus: l'espoir nait en Europe, les USA submergés

Description: <p>Rome (AFP) - Une "courbe qui commence sa descente" en Italie, "la pression qui diminue" en Espagne et le nombre de morts qui baisse en France : l'espoir d'une amélioration sur le front de la pandémie
Biz Congo - Repertoire Kinshasa RDC

Virus: l'espoir nait en Europe, les USA submergés

Description: <p>Rome (AFP) - Une "courbe qui commence sa descente" en Italie, "la pression qui diminue" en Espagne et le nombre de morts qui baisse en France : l'espoir d'une amélioration sur le front de la pandémie du coronavirus est né dimanche en Europe, au moment où les Etats-Unis s'enfoncent dans la crise.</p><p>A Rome, les autorités ont enregistré au cours des dernières vingt-quatre heures 525 décès, soit le nombre le plus bas depuis plus de deux semaines. </p><p>"La courbe a commencé sa descente", s'est félicité le patron de l'Institut supérieur de la Santé, Silvio Brusaferro.La baisse du nombre des morts "est une donnée très importante", dans un pays qui a payé, avec un total de plus de 16.000 morts, un terrible tribut à la pandémie née en décembre en Chine, avant de contaminer la planète.</p><p>Le ministre de la Santé Roberto Speranza s'est toutefois empressé de prévenir que "l'urgence n'est pas finie.Le danger n'a pas disparu.Nous avons encore quelques mois difficiles devant nous, ne gâchons pas les sacrifices consentis". </p><p>A Madrid, les 674 décès enregistrés dimanche ont marqué le troisième jour consécutif de baisse de la macabre statistique.Jeudi, elle avait atteint 950 morts. </p><p>- "Situation plus stable"</p><p>"La pression diminue", s'est félicité Maria José Sierra, du Centre d'alertes sanitaires, relevant "une certaine décrue" dans le nombre des hospitalisations et des admissions en soins intensifs. </p><p>Et Empar Loren, une infirmière à l'hôpital Arnau de Vilanova à Lérida, en Catalogne, a ajouté : "La situation est plus stable.Le nombre des patients en unité de soins intensifs n'augmente plus tellement et nous commençons à avoir pas mal de sorties". </p><p>En France, 357 morts ont été enregistrés dimanche, soit le chiffre le plus bas depuis une semaine. </p><p>Les strictes mesures de confinement, dans ces deux pays méditerranéens comme dans tant d'autres, semblent donc commencer à porter leurs fruits, même si partout les autorités redoutent un relâchement de la population avec l'arrivée des beaux jours. </p><p>Nulle part ces mesures n'ont été mieux illustrées qu'au Vatican, où le pape François a célébré l'entrée dans la semaine sainte de Pâques dans une basilique Saint-Pierre vide de fidèles, seulement accompagné de religieux et religieuses, avec une seule personne par banc. </p><p>"Regardez les vrais héros, qui apparaissent ces jours-ci: ce ne sont pas ceux qui ont renommée, argent et succès, mais ceux qui se donnent eux-mêmes pour servir les autres !", a lancé le pape dans son homélie.</p><p>La nouvelle ligne de front de la maladie semble donc s'être déplacée aux Etats-Unis, où les chiffres de contamination et le nombre des décès explosent, faisant craindre une hécatombe dans les jours et les semaines à venir.</p><p>"La semaine prochaine sera un moment comme Pearl Harbor, comme le 11 septembre, sauf que ce ne sera pas localisé, ce sera dans tout le pays", a prévenu l'administrateur fédéral des services de santé publique, Jerome Adams. </p><p>New York, littéralement ravagé par le virus, compte ses morts et appelle à l'aide."Médecins, infirmiers, spécialistes de la respiration...à tous ceux qui ne sont pas déjà dans la bataille: nous avons besoin de vous", a lancé le maire démocrate de la ville Bill de Blasio.</p><p>L'Etat de New York, épicentre dans l'épicentre, a annoncé dimanche 594 décès en 24 heures, pour un total de 4.159.</p><p>La gravité de la situation dans le pays a conduit Joe Biden, candidat ayant les meilleures chances de décrocher l'investiture démocrate pour la Maison Blanche, à envisager pour cet été l'éventualité d'une convention de son parti sans public.</p><p>Depuis son apparition en décembre, la pandémie a fait au moins 65.272 morts dans le monde, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles dimanche à 11h00 GMT.</p><p>- Profondément personnel -</p><p></p><p>Dans une allocution télévisée solennelle, la quatrième depuis le début de son règne il y a 68 ans, la reine du Royaume-Uni et du Commonwealth doit saluer dimanche soir la réponse des Britanniques à la crise sanitaire.</p><p>"J'espère que dans les années à venir, tout le monde pourra être fier de la manière dont nous avons relevé ce défi", doit dire Elisabeth II, 93 ans, dans un discours "profondément personnel" selon ses services.</p><p>Son fils héritier Charles (71 ans) a contracté la maladie, mais est récemment sorti de quarantaine et se trouve en bonne santé.</p><p>L'intervention royale intervient au lendemain de l'annonce d'un nouveau record quotidien de 708 morts en Grande Bretagne, parmi lesquels un enfant de 5 ans.A ce jour, 4.313 Britanniques sont décédés du Covid-19.</p><p>Très critiqué pour la gestion de la crise, le gouvernement a une nouvelle fois exhorté dimanche les Britanniques à respecter le confinement."Ce n'est pas une demande, c'est une exigence inscrite dans la loi", a insisté le ministre de la Santé Matt Hancock.</p><p>- Inquiétude dans les pays pauvres -</p><p></p><p>Ailleurs dans le monde, les motifs d'inquiétude restent nombreux, en particulier dans les pays pauvres, en crise, ou pour les populations particulièrement à risque.En Grèce, un deuxième camp de migrants près d'Athènes a été placé dimanche en quarantaine par les autorités.</p><p>Singapour a placé près de 20.000 travailleurs migrants en quarantaine après avoir constaté la hausse du nombre de contaminations notamment au sein des résidences où dorment ces ouvriers, pour beaucoup Bangladais et Chinois.</p><p>En Iran, la propagation a ralenti pour le cinquième jour de suite avec 151 décès supplémentaires en 24 heures (pour 3.603 morts au total), affirment dimanche les autorités, laissant entrevoir une reprise progressive de certaines activités économiques à partir du 11 avril.</p><p>Dimanche, les autorités chinoises ont indiqué que leur pays avait vendu depuis début mars près de quatre milliards de masques et d'équipements médicaux à une cinquantaine de pays étrangers, pour une valeur totale de plus de 1,33 milliard d'euros. </p><p>Malgré le recul du nombre de cas sur son territoire, Pékin a encouragé les usines à accroître leur production d'équipements médicaux, au moment où d'autres pays affrontent une pénurie et se livrent une concurrence sans vergogne pour mettre la main sur les précieux bouts de tissus.</p><p>Certains pays, comme les Pays-Bas et l'Espagne, se sont toutefois plaints de la qualité de ces matériels importés de Chine. </p><p>Ces livraisons chinoises ont pris d'autant plus d'importance que les discours officiels sur le port du masque ont évolué ces derniers jours, plusieurs gouvernements recommandant à présent le port du masque généralisé. </p><p></p> Visuel miniature: Visuel: Pays: MondeURL: 

Coronavirus: encore fragile, la décrue a commencé en Italie

Description: <p>Rome (AFP) - Elle reste à la merci d'un relâchement des efforts mais elle est là: la décrue de la pandémie a commencé en Italie, qui reste le pays du monde le plus cruellement frappé par le Covid-19. </p><p>
Biz Congo - Repertoire Kinshasa RDC

Coronavirus: encore fragile, la décrue a commencé en Italie

Description: <p>Rome (AFP) - Elle reste à la merci d'un relâchement des efforts mais elle est là: la décrue de la pandémie a commencé en Italie, qui reste le pays du monde le plus cruellement frappé par le Covid-19. </p><p>"La courbe a commencé sa descente" après une semaine de stabilisation "plateau", a relevé le patron de l'Institut supérieur de la Santé Silvio Brusaferro, tandis que le nombre des décès dépasse désormais les 16.000 morts. </p><p>Dimanche, un chiffre symbolique a été rendu public: avec 525 morts, l'Italie a connu les 24 heures les moins meurtrières depuis le 19 mars, soit plus de deux semaines.Samedi, c'est une baisse inédite des hospitalisations en soins intensifs qui avait été annoncée. </p><p>Au-delà des soins intensifs, "le nombre de personnes hospitalisées dans les services classiques (...) diminue" à son tour, s'est félicité le patron de la protection civile Angelo Borrelli. </p><p>"La vraie bonne nouvelle c'est qu'il y a moins de pression dans les hôpitaux les plus concernés de Lombardie.Nous ne sommes pas certains d'en être sortis, mais nous sommes moins sous pression", se félicitait samedi Massimo Galli, infectiologue à l'hôpital Sacco de Milan. </p><p>Cela fait maintenant près de quatre semaines que 60 millions d'Italiens sont interdits de rassemblement, autorisés à sortir seulement pour faire leurs courses, pour motifs de santé, promener leur chien, venir en aide à des proches en cas de nécessité ou travailler pour ceux dont l'activité est jugée essentielle. </p><p>Et cela fait aussi quatre semaines qu'ils écoutent leurs responsables égrener les mesures et les prévisions qui n'augurent rien de bon pour la troisième économie européenne: récession de 6% à condition que le pays redémarre en mai selon le patronat, perte de 40% du chiffre d'affaires des bars et hôtels du pays selon l'association des experts-comptables, distribution de bons alimentaires pour les nécessiteux...</p><p></p><p>- Livre d'histoire et manuel d'économie - </p><p></p><p>Dans une interview dimanche à la chaîne américaine NBC, le Premier ministre italien Giuseppe Conte, dont un des gardes du corps, âgée de 52 ans, a succombé samedi au coronavirus, a répété dimanche aux Européens qu'ils devaient "écrire un livre d'histoire" et non "un manuel d'économie".Il faut adopter "un plan de reconstruction et de réinvestissement", a-t-il dit, plaidant de nouveau pour des "coronabonds", une mutualisation de la dette que refusent les pays du nord de l'UE, notamment l'Allemagne et les Pays-Bas. </p><p>Tandis que l'Italie doit annoncer cette semaine de nouvelles mesures de soutien à son économie, les Etats membres de l'UE ont prévu de chercher cette semaine un accord pour une réponse commune aux défis économiques de la pandémie. </p><p>Si les chiffres épidémiologiques encourageants se répétaient, les autorités semblent décidées à faire repartir l'économie.En cas de confirmation de la tendance, il faudrait "réfléchir à la phase 2", a expliqué Silvio Brusaferro.Dans le plan de redémarrage dessiné par les autorités, elle correspond à une période de "cohabitation" avec le coronavirus avec une reprise progressive de l'activité productive.</p><p>Mais elle n'entraînerait pas un retour à la normalité quotidienne."Il est important de maintenir les mesures qui ont fait diminuer la courbe", a prévenu Silvio Brusaferro."Mieux nous respectons les règles, le plus tôt nous sortirons" et en cas de reprise de la pandémie, "nos efforts et nos sacrifices auront été vains", a prévenu Giuseppe Conte. </p><p>Le ministère de l'Intérieur a annoncé que 9.300 amendes pour non respect du confinement avaient été dressées samedi, le chiffre le plus élevé depuis dix jours.A l'entrée de la semaine pascale, la police prépare un plan pour faire pièce à ceux qui voudraient se rendre dans leur résidence secondaire. </p><p>Giulio Gallera, le responsable de la santé de la Lombardie, s'inquiète de la situation à Milan, jusqu'à présent moins durement frappée que ses voisines Bergame ou Brescia.Depuis dimanche, les Lombards qui sortent doivent se couvrir les voies respiratoires au moins avec un foulard ou une écharpe. "Le risque que tout reparte est réel", a prévenu le responsable. </p><p></p> Visuel miniature: Visuel: Pays: MondeURL: 

Coronavirus: 594 décès en 24 heures dans l'Etat de New York, pour un total de 4.159

Description: <p>New York (AFP) - L'Etat de New York, épicentre de l'épidémie de nouveau coronavirus aux Etats-Unis, a enregistré 594 nouveaux décès en 24 heures portant le total des victimes à 4.159, a déclaré dimanche son gouver
Biz Congo - Repertoire Kinshasa RDC

Coronavirus: 594 décès en 24 heures dans l'Etat de New York, pour un total de 4.159

Description: <p>New York (AFP) - L'Etat de New York, épicentre de l'épidémie de nouveau coronavirus aux Etats-Unis, a enregistré 594 nouveaux décès en 24 heures portant le total des victimes à 4.159, a déclaré dimanche son gouverneur Andrew Cuomo.</p><p>Le bilan sur un jour est en légère baisse, comparé aux 630 nouveaux décès recensés la veille, le pire jamais enregistré dans l'Etat.Mais "il est encore trop tôt" pour en tirer des conclusions, a souligné le gouverneur démocrate lors d'une conférence de presse.</p><p>De même, les chiffres sur les nouvelles hospitalisations, les admissions dans les services de réanimation ou sur les personnes intubées sont en léger recul, mais il faudra "deux, trois jours" pour dessiner une tendance, a-t-il insisté.</p><p>L'Etat de New York est peut-être "très proche du pic" des contaminations ou bien "ce pic est peut-être un plateau et nous sommes dessus", a ajouté M. Cuomo avec prudence.</p><p>En attendant, le système de santé de l'Etat est "en situation de stress" faute "d'équipements et de professionnels" en nombre suffisant, a-t-il martelé.</p><p>Le président Donald Trump a annoncé samedi l'envoi d'un millier de médecins et infirmiers militaires à New York pour l'aider à faire face à l'afflux de patients.</p><p>Les 325 premiers, attendus dès dimanche, seront affectés aux hôpitaux publics de la ville de New York, où la situation est la plus tendue, a précisé M. Cuomo. </p><p>L'Etat de New York concentre plus du tiers des 312.481 cas de Covid-19 recensés aux Etats-Unis et près de la moitié des 8.503 personnes qui ont succombé au nouveau coronavirus dans le pays.</p><p></p> Visuel miniature: Visuel: Pays: MondeURL: 

Coronavirus: le chef du Pentagone défend le limogeage du commandant d'un porte-avions

Description: <p>Washington (AFP) - Le ministre américain de la Défense Mark Esper a soutenu dimanche la décision de révoquer le commandant du porte-avions Theodore Roosevelt qui avait tiré le signal d'alarme pour faire évacuer son navir
Biz Congo - Repertoire Kinshasa RDC

Coronavirus: le chef du Pentagone défend le limogeage du commandant d'un porte-avions

Description: <p>Washington (AFP) - Le ministre américain de la Défense Mark Esper a soutenu dimanche la décision de révoquer le commandant du porte-avions Theodore Roosevelt qui avait tiré le signal d'alarme pour faire évacuer son navire contaminé par le coronavirus.</p><p>Mais M. Esper, manifestement embarrassé, s'est gardé d'endosser pleinement à son compte cette sanction et a refusé de dire si elle emportait l'adhésion de l'état-major militaire.</p><p>Le secrétaire à la marine, Thomas Modly, "a pris une décision difficile (...).J'ai entièrement confiance en lui et en les dirigeants de la Navy.Et je soutiens leur décision", a affirmé le chef du Pentagone sur la chaîne ABC. </p><p>Mark Esper a également refusé de dire si le président Donald Trump avait pesé sur la décision. </p><p>Le commandant de l'USS Theodore Roosevelt, Brett Crozier, a été démis de ses fonctions jeudi après avoir écrit une lettre de plusieurs pages à sa hiérarchie demandant l'évacuation immédiate de son navire, immobilisé à l’île de Guam dans le Pacifique, plusieurs cas de Covid-19 ayant été enregistrés dans le bâtiment.</p><p>"Nous ne sommes pas en guerre.Il n'y a aucune raison que des marins meurent", s'exclamait le capitaine Crozier dans cette missive qui a fuité et a été publiée par le quotidien californien San Francisco Chronicle.</p><p>Un geste qui n'a pas plu au président américain.</p><p>"C'est affreux ce qu'il a fait, d'écrire une lettre", a commenté Donald Trump samedi lors de sa conférence de presse quotidienne sur le coronavirus. </p><p>Le limogeage immédiat sans enquête formelle préalable de Brett Crozier, acclamé par ses marins lors de son départ du navire, a été vivement critiqué, notamment par plusieurs élus démocrates.</p><p>"Le commandant Crozier a été fidèle à son devoir, à ses marins et à son pays", a tweeté vendredi le candidat démocrate à la Maison Blanche Joe Biden."La direction de la Navy a envoyé un message glaçant sur la façon de dire la vérité à ceux qui ont le pouvoir".</p><p>"C'est l'administration Trump qui a manqué de jugement, pas un officier courageux qui a cherché à protéger ses marins", a-t-il ajouté.</p><p>Mark Esper a précisé dimanche qu'une enquête était en cours et que seuls 155 marins étaient été testés positifs au coronavirus, ne présentant que des "symptômes modérés", sur un total de 4.865 membres d'équipage. </p><p></p> Visuel miniature: Visuel: Pays: MondeURL: 

Virus: les églises vides pour la semaine de Pâques, Elisabeth II va parler

Description: <p>Rome (AFP) - Image impressionnante illustrant la pandémie qui infeste la planète, le pape François a célébré dimanche l'entrée dans la semaine sainte de Pâques dans une basilique Saint-Pierre de Rome vide de fidèles,
Biz Congo - Repertoire Kinshasa RDC

Virus: les églises vides pour la semaine de Pâques, Elisabeth II va parler

Description: <p>Rome (AFP) - Image impressionnante illustrant la pandémie qui infeste la planète, le pape François a célébré dimanche l'entrée dans la semaine sainte de Pâques dans une basilique Saint-Pierre de Rome vide de fidèles, à quelques heures d'une allocution exceptionnelle de la reine d'Angleterre Elisabeth II en forme d'appel à affronter le "défi" du Covid-19.</p><p>Le président américain Donald Trump, dont le pays est la nouvelle ligne de front de la maladie, a prévenu samedi ses concitoyens de se préparer à "l'horrible" et à "beaucoup de morts", alors que New York, littéralement ravagé par le virus, compte ses morts et lance un appel à l'aide.</p><p>Depuis son apparition décembre en Chine, la pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 65.272 morts dans le monde, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles dimanche à 11h00 GMT.</p><p>Ce dimanche, c'est donc dans une basilique Saint-Pierre vide, seulement accompagné de religieux et religieuses, avec une seule personne par banc, que le pape François, vêtu d'une chasuble rouge, a béni les rameaux.La messe a été diffusée en streaming sur le site internet du Vatican comme le sera dimanche prochain la messe de Pâques, fête la plus importante du christianisme.</p><p>- "Servir les autres" -</p><p></p><p>"Je voudrais le dire spécialement aux jeunes, (...).Chers amis, regardez les vrais héros, qui apparaissent ces jours-ci: ce ne sont pas ceux qui ont renommée, argent et succès, mais ceux qui se donnent eux-mêmes pour servir les autres.Sentez-vous appelés à mettre en jeu votre vie.N’ayez pas peur de la dépenser pour Dieu et pour les autres, vous y gagnerez!", a lancé le pape dans son homélie.</p><p>Pour les catholiques, protestants et orthodoxes -le christianisme est la première religion du monde en nombre de fidèles-, Pâques, qui marque la résurrection du christ selon la tradition, est un évènement majeur, synonyme d'églises pleines et d'innombrables célébrations.La messe des Rameaux de ce dimanche voit aussi traditionnellement les prêtres asperger d'eau bénite les brins de buis qui orneront symboliquement les maisons le reste de l'année comme porte-bonheur.</p><p>Les grands rassemblements étant désormais interdits dans une majorité de pays, confinement oblige, ces messes sont pour beaucoup désormais retransmises sur les télévisions et les réseaux sociaux. </p><p>Aux Philipines, des prêtres masques sur le nez bénissaient les fidèles en confinement depuis les véhicules."La fête (de Pâques) se poursuivra malgré la propagation du virus", assurait l'un d'entre eux.Au sanctuaire catholique de Lourdes, dans le sud-ouest de la France, on s'apprête à une semaine pascale sans aucun fidèle, avec "pélerinages spirituels" et cierges comme symbole de lumière.</p><p>- "La loi l'exige" -</p><p></p><p>Aux Etats-Unis, le nombre des cas confirmés dépasse déjà les 312.000, pour un total de 8.503 décès.L'Etat de New York, épicentre dans l'épicentre, a annoncé 630 nouveaux décès en une journée, son pire bilan sur 24 heures.</p><p>Les Américains se préparent au pire, bâtissant des hôpitaux de campagne de Los Angeles à Miami, avec des milliers de lits supplémentaires de réanimation et un gigantesque navire-hôpital à quai à New York, ville dont le maire Bill de Blasio a lancé un vibrant appel au secours."Médecins, infirmiers, spécialistes de la respiration...à tous ceux qui ne sont pas déjà dans la bataille: nous avons besoin de vous", a déclaré l'édile démocrate.</p><p>Dans une allocution télévisée solennelle, la la quatrième depuis le début de son règne il y a 68 ans, la reine d'Angleterre doit saluer dimanche soir la réponse des Britanniques à la crise sanitaire."J'espère que dans les années à venir, tout le monde pourra être fier de la manière dont nous avons relevé ce défi", doit dire Elisabeth II, 93 ans.Son fils héritier Charles (71 ans) a contracté la maladie, mais est récemment sorti de quarantaine et se trouve en bonne santé.</p><p>L'intervention royale intervient au lendemain de l'annonce d'un nouveau record quotidien de 708 morts en Grande Bretagne, parmi lesquels un enfant de 5 ans.A ce jour, 4.313 Britanniques sont décédés du Covid-19.</p><p>Très critiqué pour la gestion de la crise, le gouvernement a une nouvelle fois exhorté dimanche les Britanniques à respecter le confinement."Ce n'est n'est pas une demande, c'est une exigence inscrite dans la loi", a insisté le ministre de la Santé Matt Hancock.</p><p>L'Italie reste pour le moment le pays le plus touché en nombre de morts, avec 15.362 décès pour 124.632 cas.Léger signe d'espoir, le nombre d'hospitalisations en soins intensifs y a diminué pour la première fois samedi depuis l'explosion locale de l'épidémie il y a plus d'un mois.L'Espagne compte 12.418 morts, et a enregistré ces dernières 24 heures la mort de 674 personnes, un nombre en baisse pour le troisième jour consécutif.</p><p>En France, où les forces de l'ordre tentent de faire respecter le confinement aux premiers jours ensoleillés de vacances de Pâques, 7.560 personnes sont décédées (89.953 cas)."Le plus dur est probablement de ne pas encore pouvoir imaginer le bout du tunnel", confiait un réanimateur dans un hôpital de la région parisienne.</p><p>- Le Brésil appelle à la rescousse -</p><p>Ailleurs dans le monde, les motifs d'inquiétude restent nombreux, en particulier dans les pays pauvres, en crise, ou pour les populations particulièrement à risque.En Grèce, un deuxième camp de migrants près d'Athènes a été placé dimanche en quarantaine par les autorités.</p><p>Le Brésil, dont le président Jair Bolsonaro a longtemps refusé d'admettre la gravité de la pandémie, manque finalement de respirateurs, de lits de soins intensifs, de personnel qualifié, d'équipements de protection et de tests de diagnostic à l'approche de la "phase la plus aiguë" du Covid-2019, a alerté samedi son ministère de la Santé.</p><p>En Iran, la propagation a ralenti pour le cinquième jour de suite avec 151 décès supplémentaires en 24 heures (pour 3.603 morts au total), affirment dimanche les autorités, laissant entrevoir une reprise progressive de certaines activités économiques à partir du 11 avril.</p><p>En Afrique, le Sénégal a prolongé de 30 jours l'état d'urgence.Le Sud-soudan, l'un des rares pays du continent jusqu'à présent épargné, a fait état d'un premier cas, une femme venue des Pays-Bas via l'Ethiopie.</p><p>Partout la maladie continue de sévir, parfois de façon particulièrement dramatique.Les autorités équatoriennes ont présenté leurs excuses après des images terribles de cadavres laissés à l'abandon dans les rues de Guayaquil, ville de la côte Pacifique.</p><p>Les conséquences sociales et économiques sont également catastrophiques, et parfois inattendues. </p><p>En Thaïlande, le coronavirus a ainsi mis au chômage des dizaines de milliers de travailleuses du sexe, qui ont déserté bars, discothèques et salons de massage et doivent se prostituer dans la rue. "J'ai peur du virus, mais j'ai besoin de travailler pour pouvoir payer mon logement et ma nourriture", a confié Pim, transgenre et ex-employée d'un "go-go bar". </p><p>En Irak, où confinement rime là aussi avec chômage forcé, les bénévoles se mobilisent pour distribuer gratuitement riz, sucre et autres denrées alimentaires.L'Irak fait aujourd'hui face "à un danger plus grand que" les jihadistes du groupe Etat islamique" (EI) ayant un temps tenu sous leur coupe un tiers du pays, estime Moustafa Issa, un Bagdadi de 31 ans qui, avec d'autres bénévoles, aide désormais plus de 450 familles.</p><p>En Angola, à l'image d'une grande partie de l'Afrique, la population appauvrie supporte avec appréhension et difficultés l'état d'urgence."Comment pourrait-on rester à la maison sans rien manger?", s'écrie Garcia Landu, chauffeur de mototaxi dans la capitale Luanda.</p><p></p> Visuel miniature: Visuel: Pays: MondeURL: 

Virus: les Américains face à «l'horrible», Elisabeth II s'adresse aux Britanniques

Description: <p>Paris (AFP) - Frappés de plein fouet par la pandémie de coronavirus, les Américains doivent se préparer à "l'horrible" et à "beaucoup de morts" a prévenu le président Trump, à quelques heures d'
Biz Congo - Repertoire Kinshasa RDC

Virus: les Américains face à «l'horrible», Elisabeth II s'adresse aux Britanniques

Description: <p>Paris (AFP) - Frappés de plein fouet par la pandémie de coronavirus, les Américains doivent se préparer à "l'horrible" et à "beaucoup de morts" a prévenu le président Trump, à quelques heures d'une allocution rarissime de la reine britannique Elisabeth II sur ce "défi" planétaire du Covid-19.</p><p>A Rome, sur une place Saint-Pierre déserte de fidèles, le pape François devait également célébrer dans la matinée, au cours d'une cérémonie totalement inédite, une messe du dimanche des Rameaux marquant le début de la semaine de Pâques, plus importante fête chrétienne de l'année.</p><p>A ce jour, la pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 63.437 morts dans le monde depuis son apparition en décembre en Chine, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles samedi à 19h00 GMT, alors que plus de la moitié de l'humanité vit désormais confinée.</p><p>- We need you!-</p><p></p><p>Nouvelle ligne de front de la maladie, les Etats-Unis ont enregistré le plus de nouveaux décès en 24 heures, avec 1.399 victimes supplémentaires, dont 1.905 pour la seule ville de New York.</p><p>Le nombre des cas confirmés de contamination sur le territoire américain dépasse déjà les 300.000, et Donald Trump a prévenu que les Etats-Unis entraient dans "une période qui va être vraiment horrible", avec "de très mauvais chiffres"."Ce sera probablement la semaine la plus dure", a déclaré M. Trump lors d'un briefing à la Maison Blanche, "il va y avoir beaucoup de morts".</p><p>Les Américains se préparent donc au pire, bâtissant des hôpitaux de campagne de Los Angeles à Miami, avec des milliers de lits supplémentaires de réanimation et un gigantesque navire-hôpital à quai à New York, ville dont le maire Bill de Blasio a lancé un vibrant appel à l'aide."Médecins, infirmiers, spécialistes de la respiration...à tous ceux qui ne sont pas déjà dans la bataille: nous avons besoin de vous", a lancé l'édile démocrate.</p><p>L'Europe reste cependant à ce jour le continent le plus touché, avec plus de 46.000 décès.Avec 15.362 morts, l'Italie est actuellement le pays qui compte le plus grand nombre de décès, suivie de l'Espagne (12.418), des Etats-Unis (8.098), de la France (7.560) et du Royaume-Uni (4.313).</p><p>Et "le plus dur est probablement de ne pas encore pouvoir imaginer le bout du tunnel", confiait un réanimateur dans un hôpital de la région parisienne.</p><p>- "La loi l'exige" -</p><p>Dans une allocution télévisée exceptionnelle - la quatrième depuis le début de son règne il y a 68 ans -, la reine d'Angleterre doit saluer dimanche soir la réponse des Britanniques à la crise sanitaire lors d'une adresse solennelle."J'espère que dans les années à venir, tout le monde pourra être fier de la manière dont nous avons relevé ce défi", doit dire Elisabeth II, 93 ans.Son fils héritier Charles (71 ans) a contracté la maladie, mais est récemment sorti de quarantaine et se trouve en bonne santé.</p><p>L'intervention royale intervient au lendemain de l'annonce d'un nouveau record quotidien de 708 morts en Grande Bretagne, parmi lesquels un enfant de 5 ans.</p><p>Trés critiqué pour la gestion de la crise, le gouvernement a une nouvelle fois exhorté dimanche les Britanniques à respecter le confinement."C'est n'est pas une demande, c'est une exigence inscrite dans la loi", a insisté le ministre de la Santé Matt Hancock.</p><p>Une note d'espoir est toutefois venue samedi d'Italie, où le nombre d'hospitalisations en soins intensifs a diminué pour la première fois depuis que l'épidémie y a explosé il y a plus d'un mois. </p><p>"C'est une nouvelle importante parce que cela permet à nos hôpitaux de respirer.C'est la première fois que ce nombre est en baisse depuis que nous avons la gestion de cette urgence", a déclaré le chef de la protection civile, Angelo Borrelli. </p><p>L'Espagne a enregistré ces dernières 24 heures la mort de 674 personnes, un nombre en baisse pour le troisième jour consécutif, selon le bilan officiel de dimanche.Madrid a annoncé une prolongation du confinement de deux semaines, jusqu'au 25 avril.</p><p>Ces baisses très relatives du nombre de décès ou de contaminations laissent entrevoir un léger espoir de ralentissement de la propagation du virus, après des semaines de confinement quasi généralisé auquel ont dû se résoudre les pays les plus touchés. </p><p>Les motifs d'inquiétude restent néanmoins très nombreux, dans les pays pauvres, en crise, ou pour les populations particulièrement à risque.En Grèce, un deuxième camp de migrants près d'Athènes a été placé dimanche en quarantaine par les autorités, après un test positif sur un ressortissant afghan.</p><p>- Le Covid-19 pire que l'EI?-</p><p></p><p>Partout dans le monde, la maladie continue de sévir, parfois de façon particulièrement dramatique.Les autorités équatoriennes ont présenté leurs excuses après des images terribles diffusées sur les réseaux sociaux montrant des cadavres laissés à l'abandon dans les rues de Guayaquil, ville de la côte Pacifique frappée par la pandémie.</p><p>Les conséquences sociales et économiques sont également catastrophiques, et parfois inattendues. </p><p>En Thaïlande, le coronavirus a ainsi mis au chômage des dizaines de milliers de travailleuses du sexe, qui ont déserté bars, discothèques et salons de massage et doivent se prostituer dans la rue. </p><p>"J'ai peur du virus, mais j'ai besoin de travailler pour pouvoir payer mon logement et ma nourriture", a confié Pim, transgenre et ex-employée d'un "go-go bar", qui chasse désormais le client dans les artères vides de la capitale thaïlandaise. </p><p>En Irak, où confinement rime là aussi avec chômage forcé, les bénévoles se mobilisent pour distribuer gratuitement riz, sucre et autres denrées alimentaires.L'Irak fait aujourd'hui face "à un danger plus grand que" les jihadistes du groupe Etat islamique" (EI) ayant un temps tenu sous leur coupe un tiers du pays, estime Moustafa Issa, un Bagdadi de 31 ans qui, avec d'autres bénévoles, aide désormais plus de 450 familles.</p><p>En Angola, à l'image d'une grande partie de l'Afrique, la population supporte avec appréhension et difficultés l'état d'urgence et autre couvre-feu anti-coronavirus."Comment pourrait-on rester à la maison sans rien manger?", s'écrie Garcia Landu, chauffeur de mototaxi dans la capitale Luanda.</p><p>Autre ambiance, mais même isolement pénible, au sanctuaire catholique de Lourdes, dans le sud-ouest de la France, où l'on s'apprête à une semaine de Pâques sans aucun fidèle, avec des "pélerinages spirituels" et cierges symbole de lumière."Nous allons vivre la semaine sainte grâce aux retransmissions.Nous sommes en communion avec des milliers de pélerins qui nous regardent dans de nombreux pays", a assuré le recteur du sanctuaire marial, Mgr Ribadeau Dumas.</p><p>Aux Philipines, des prêtres masques sur le nez bénissaient les fidèles en confinement depuis les véhicules."La fête (de Pâques) se poursuivra malgré la propagation du virus", assurait l'un d'entre eux.</p><p></p> Visuel miniature: Visuel: Pays: MondeURL: 

Coronavirus: envolée des décès à New York, qui appelle à l'aide

Description: <p>New York (AFP) - L'Etat de New York, épicentre du nouveau coronavirus aux Etats-Unis, a annoncé samedi 630 nouveaux décès en une journée, son pire bilan sur 24 heures, et a lancé un appel d'urgence en attendant "
Biz Congo - Repertoire Kinshasa RDC

Coronavirus: envolée des décès à New York, qui appelle à l'aide

Description: <p>New York (AFP) - L'Etat de New York, épicentre du nouveau coronavirus aux Etats-Unis, a annoncé samedi 630 nouveaux décès en une journée, son pire bilan sur 24 heures, et a lancé un appel d'urgence en attendant "le pic" de l'épidémie.</p><p>L'Etat qui compte la plus grande ville du pays déplore désormais 3.565 morts.</p><p>L'Etat de New York a enregistré plus de 113.000 cas --dont 63.000 pour sa métropole--, presque autant qu'en Italie ou en Espagne, où les bilans des victimes sont les plus lourds.</p><p>"Nous n'avons pas encore atteint le pic" de l'épidémie "mais on s'en rapproche", a déclaré le gouverneur démocrate Andrew Cuomo lors d'une conférence de presse, en soulignant que la progression de la maladie était particulièrement rapide sur Long Island et dans le New Jersey voisin. </p><p>"D'un côté j'aimerais qu'on ait atteint le pic", a-t-il ajouté."Mais d'un autre je me dis que c'est bien qu'on n'ait pas atteint le pic car nous ne sommes pas prêts".</p><p>Pour éviter l'engorgement des hôpitaux, les autorités locales sont engagées dans une course contre la montre pour renforcer leurs capacités à faire face à l'afflux attendu de patients. </p><p>"Quand nous avons débuté, notre première préoccupation était d'avoir assez de lits, maintenant on se concentre sur les équipements et le personnel", a expliqué Andrew Cuomo, en insistant sur le besoin de respirateurs pour les cas les plus graves.</p><p>"L'Etat chinois va faire une donation de 1.000 respirateurs qui doivent arriver à l'aéroport JFK aujourd'hui", a-t-il annoncé, en remerciant notamment Jack Ma, fondateur du géant chinois de la vente en ligne Alibaba.</p><p>L'Etat de l'Oregon, sur la côte ouest, doit également livrer 140 respirateurs, a ajouté M. Cuomo.</p><p>Par ailleurs, a-t-il dit, l'hôpital de campagne ouvert dans un centre de conférences de Manhattan sera finalement bien consacré aux malades du Covid-19, et pourra en accueillir 2.500.L'Etat fédéral va fournir son personnel.</p><p>- Appel à tous les soignants -</p><p></p><p>De son côté, le maire de New York Bill de Blasio a appelé les professionnels de santé à la mobilisation. </p><p>"Médecins, infirmiers, spécialistes de la respiration...à tous ceux qui ne sont pas déjà dans la bataille: nous avons besoin de vous", a lancé l'édile démocrate dans une vidéo mise en ligne sur son compte Twitter.</p><p>"Nous avons besoin que 45.000 professionnels de santé rejoignent la lutte en avril et mai pour pouvoir nous en sortir", a ajouté Bill de Blasio.</p><p>Au niveau de l'Etat, 85.000 personnes se sont déjà portées volontaires, dont 22.000 venues de l'extérieur, selon M. Cuomo.</p><p>Andrew Cuomo a pour sa part indiqué qu'il signerait un décret autorisant les étudiants en médecine qui doivent être diplômés au printemps à travailler dès à présent. </p><p>"C'est une période exceptionnelle et New York a besoin d'aide", a-t-il martelé. </p><p>"Etant donné que nous avons des compétences qui semblent nécessaires et précieuses en ce moment, ça a été une décision facile à prendre", a expliqué dans une conférence de presse Gabrielle Mayer, une étudiante en quatrième année de médecine à l'université de New York, qui commencera son internat à hôpital en avance. </p><p>Dans une note positive, M.Cuomo a relevé qu'en dépit de la hausse du nombre de morts, les deux tiers des New Yorkais hospitalisés parvenaient à se rétablir et à quitter les hôpitaux. </p><p>"Nous finirons par nous en sortir, nous atteindrons l'autre côté de la montagne.Mais nous devons faire ce qui doit être fait entre temps", a-t-il ajouté. </p><p></p> Visuel miniature: Visuel: Pays: MondeURL: 

Virus: La pression baisse sur les hôpitaux, l'espoir renaît en Italie

Description: <p>Rome (AFP) - C'est l'espoir le plus concret d'un prochain endiguement de la pandémie de coronavirus en Italie: le nombre de patients hospitalisés en soins intensifs a diminué pour la première fois samedi. </p&
Biz Congo - Repertoire Kinshasa RDC

Virus: La pression baisse sur les hôpitaux, l'espoir renaît en Italie

Description: <p>Rome (AFP) - C'est l'espoir le plus concret d'un prochain endiguement de la pandémie de coronavirus en Italie: le nombre de patients hospitalisés en soins intensifs a diminué pour la première fois samedi. </p><p>Ce chiffre est repassé sous la barre des 4.000 (3.994 contre 4.068 la veille).Jamais il n'avait baissé depuis fin février et l'explosion de la pandémie dans la péninsule, qui reste le pays le plus endeuillé au monde, selon les chiffres officiels (plus de 15.000 morts). </p><p>Cette décrue inédite "est une nouvelle importante parce que cela permet à nos hôpitaux de respirer.C'est la première fois que ce chiffre est en baisse depuis que nous gérons cette urgence", s'est félicité le patron de la protection civile Angelo Borrelli. </p><p>Cette baisse est notamment observée en Lombardie (nord), la région de Milan, la plus touchée, où les hôpitaux pourtant d'excellente qualité sont débordés: ils y sont désormais 1.326 à lutter en soins intensifs soit une cinquantaine de moins que la veille. </p><p>Selon le bilan quotidien, 681 personnes ont perdu la vie en 24 heures en Italie, un chiffre toujours impressionnant mais lui aussi en baisse, de plus de 10% par rapport à vendredi (766). </p><p></p><p>- Vigilance de mise -</p><p>Dans certains secteurs, la surmortalité parfois impressionnante par rapport aux années précédentes montre que ces bilans des autorités ne dépeignent qu'une partie du drame. </p><p>Mais ce chiffre officiel des décès est "en diminution constante, je veux rappeler que (le 27 mars), nous avions atteint un maximum avec près de 1.000 morts", a relevé Angelo Borrelli. </p><p>"C'est un message fort mais qui ne doit absolument pas être lu comme un signe que nous aurions surmonté la phrase critique.Il démontre que ce qui a été mis en oeuvre a été utile", s'est pour sa part félicité le patron du Conseil de sécurité de santé, Franco Locatelli. </p><p>Il s'est également réjoui de ce que la pandémie n'ait pas explosé dans le sud, où les infrastructures sanitaires sont notoirement déficientes: "Il n'était pas garanti d'obtenir ce résultat." </p><p>Les signes de ralentissement constatés depuis une semaine en Italie se sont tout de même accompagnés d'appels répétés des responsables à ne pas "baisser la garde". </p><p></p><p>- Masques, écharpes et foulards -</p><p>"Les mauvais comportements ou le fait de penser que la bataille est déjà gagnée risquent de gâcher tous les sacrifices faits jusqu'à maintenant", a averti sur la Rai le ministre de la Santé Roberto Speranza."Les chercheurs font le maximum mais il n'y a pas de vaccin disponible ni de thérapie certaine.Et cela n'arrivera pas rapidement", a-t-il rappelé. </p><p>La Lombardie a d'ailleurs décidé qu'à partir de dimanche, ceux qui sortiront devront se couvrir les voies respiratoires, avec des masques, ou à défaut des écharpes ou des foulards.Les supermarchés seront par ailleurs tenus de fournir des gants et du gel hydroalcoolique à leurs clients. </p><p>Le gouvernement a prévenu les 60 millions d'Italiens, qui terminent leur quatrième semaine de confinement, que les mesures restrictives à leurs libertés ne seraient pas rapidement levées et ne seraient allégées que progressivement, par phases. Vendredi, Angelo Borrelli a estimé qu'elles seraient toujours en vigueur le 1er mai prochain.</p><p>Le gouvernement doit annoncer dimanche ou lundi de nouvelles mesures pour venir au secours de la troisième économie européenne, frappée au coeur.</p><p>Vincenzo Boccia, leader du patronat italien (Confindustria) a jugé que les impératifs de rigueur budgétaire qui s'imposaient encore il y a un mois, appartenaient désormais à l'Histoire: "Cette fois, l'augmentation de la dette est une mesure essentielle", a-t-il dit.A ses yeux, il faut adopter des réflexes d'"économie de guerre".Si les "phénomènes (sont) différents, les conséquences (sont) identiques", a-t-il dit. </p><p>Comme l'Espagne, autre pays européen durement frappé, l'Italie appelle de ses voeux une mutualisation de la dette entre membres de l'UE, ce que les pays du Nord, derrière l’Allemagne et les Pays-Bas rejettent. </p><p></p> Visuel miniature: Visuel: Pays: MondeURL: 

Espagne: confinement prolongé au moins jusqu'au 25 avril

Description: <p>Madrid (AFP) - Le confinement de la population va être prolongé en Espagne jusqu'au 25 avril pour freiner la propagation du coronavirus, a annoncé samedi le chef du gouvernement Pedro Sanchez, qui n'a pas exclu d'a
Biz Congo - Repertoire Kinshasa RDC

Espagne: confinement prolongé au moins jusqu'au 25 avril

Description: <p>Madrid (AFP) - Le confinement de la population va être prolongé en Espagne jusqu'au 25 avril pour freiner la propagation du coronavirus, a annoncé samedi le chef du gouvernement Pedro Sanchez, qui n'a pas exclu d'autres prolongations.</p><p>L'"hibernation" économique décrétée dimanche dernier et consistant à mettre à l'arrêt durant deux semaines toutes les activités non essentielles ne sera en revanche pas prolongée au-delà du week-end de Pâques, a ajouté le socialiste.</p><p>"Le conseil des ministres de mardi prochain sollicitera de nouveau l'autorisation de la Chambre des députés pour prolonger, pour la deuxième fois, l'état d'alerte", qui a permis d'imposer un confinement des plus stricts, "jusqu'au samedi 25 avril à minuit", a déclaré M. Sanchez dans une allocution télévisée. </p><p>Décrété le 14 mars, l'état d'alerte devait prendre fin le 11 avril à minuit après avoir déjà été prolongé de deux semaines.</p><p>Ces deux semaines supplémentaires de confinement sont "le temps dont a besoin notre système de santé pour se redresser", a souligné M. Sanchez.</p><p>L'Espagne est le deuxième pays le plus endeuillé au monde après l'Italie, avec 11.744 décès dus au Covid-19 selon le dernier bilan publié samedi, et près de 125.000 cas confirmés.</p><p>La hausse du nombre de cas a toutefois ralenti progressivement depuis le milieu de la semaine dernière et le nombre de morts vient de baisser deux jours de suite à 809 après le record de 950 décès annoncé jeudi.</p><p></p><p>- "Lueur d'espoir" -</p><p></p><p>"Nous savons aujourd'hui que ces trois semaines d'isolement collectif" depuis la mi-mars "sont en train de porter leurs fruits", a affirmé M. Sanchez.Ce confinement a permis de "stopper la propagation du virus, contenir l'avalanche sur les hôpitaux, soigner des malades et sauver des vies", a-t-il dit.</p><p>Toutefois, "nous relâcher maintenant aurait un résultat encore pire", a mis en garde le dirigeant, soulignant le risque d'une "seconde vague" de contagions.</p><p>"Oui, nous voyons une lueur d'espoir", mais "nous entrons dans une nouvelle phase qui n'est pas du tout facile, la phase de transition", a souligné la docteure Maria José Sierra, du centre d'alertes sanitaires.</p><p>M. Sanchez n'a pas exclu de nouvelles prolongations de l'état d'alerte, tout en laissant entrevoir la possibilité d'assouplissement des strictes règles de confinement si la situation s'améliore.</p><p>"Nous aurons plusieurs états d'alerte (...) jusqu'au retour définitif à la normale", a-t-il expliqué.</p><p>"Nous commençons à observer un certain relâchement dans le respect des règles (...) et nous devons vous demander de ne pas vous désespérer, de ne pas vous relâcher" et de "rester à la maison", a demandé de son côté le chef de la police nationale José Garcia Molina lors d'une conférence de presse.</p><p>L'Espagne est toujours par ailleurs engagée dans une course contre la montre pour se procurer le matériel médical qui manque cruellement à ses hôpitaux débordés, notamment des respirateurs.</p><p>Une cinquantaine sont arrivés d'Allemagne vendredi, dans le cadre de la demande d'aide de l'Espagne à ses alliés de l'Otan.</p><p>Un autre chargement devait être envoyé de Turquie mais a finalement été réquisitionné par les autorités turques.</p><p>"Pour le moment (ce matériel) ne sortira pas de Turquie car le gouvernement (turc) le considère comme une priorité" pour ses propres malades, mais il sera de nouveau mis à la disposition de l'Espagne "dans un délai raisonnable", a assuré vendredi soir la ministre espagnole des Affaires étrangères Arancha Gonzalez Laya.</p><p></p> Visuel miniature: Visuel: Pays: MondeURL: 

Coronavirus: l'Etat de New York enregistre 630 décès en un jour, pire bilan sur 24 heures

Description: <p>New York (AFP) - L'Etat de New York, épicentre du nouveau coronavirus aux Etats-Unis, a annoncé samedi 630 nouveaux décès en une journée, son pire bilan sur 24 heures, et accélère les préparatifs en attendant "le p
Biz Congo - Repertoire Kinshasa RDC

Coronavirus: l'Etat de New York enregistre 630 décès en un jour, pire bilan sur 24 heures

Description: <p>New York (AFP) - L'Etat de New York, épicentre du nouveau coronavirus aux Etats-Unis, a annoncé samedi 630 nouveaux décès en une journée, son pire bilan sur 24 heures, et accélère les préparatifs en attendant "le pic" de l'épidémie.</p><p>L'Etat déplore désormais 3.565 morts et plus de 113.000 cas -- dont 63.000 pour la ville de New York --, presque autant qu'en Italie ou en Espagne, où les bilans des victimes sont les plus lourds.</p><p>"Nous n'avons pas encore atteint le pic" de l'épidémie "mais on s'en rapproche", a déclaré le gouverneur démocrate Andrew Cuomo lors d'une conférence de presse, en soulignant que la progression de la maladie était particulièrement rapide sur Long Island.</p><p>Pour éviter l'engorgement des hôpitaux, les autorités locales sont engagées dans une course contre la montre pour renforcer leur capacité à faire face à l'afflux attendu de patients. </p><p>"Quand nous avons débuté, notre première préoccupation était d'avoir assez de lits, maintenant on se concentre sur les équipements et le personnel", a expliqué Andrew Cuomo, en insistant sur le besoin de respirateurs pour les cas les plus graves.</p><p>"Le gouvernement chinois va faciliter une donation de 1.000 respirateurs qui doivent arriver à l'aéroport JFK aujourd'hui", a-t-il annoncé, en remerciant notamment le fondateur d'Ali Baba, Jack Ma.</p><p>L'Etat de l'Oregon, sur la côte ouest, doit également livrer 140 respirateurs, a ajouté M. Cuomo.</p><p>Par ailleurs, a-t-il dit, l'hôpital de campagne ouvert dans un centre de conférences de Manhattan sera finalement bien consacré aux malades du Covid-19, et pourra en accueillir 2.500.L'Etat fédéral va fournir son personnel.</p><p>De son côté, le maire de New York Bill de Blasio a appelé les professionnels de santé à la mobilisation. </p><p>"Médecins, infirmiers, spécialistes de la respiration...à tous ceux qui ne sont pas déjà dans la bataille: nous avons besoin de vous", a lancé l'édile démocrate dans une vidéo mise en ligne sur son compte Twitter.</p><p>"Nous avons besoin que 45.000 professionnels de santé rallient la lutte en avril et mai pour pouvoir nous en sortir", a ajouté Bill de Blasio.</p><p>Au niveau de l'Etat, 85.000 personnes se sont déjà portées volontaires, dont 22.000 venues de l'extérieur, selon M. Cuomo.</p><p></p> Visuel miniature: Visuel: Pays: MondeURL: 

Partir ou rester? Un vol rapatrie des Français coincés en Russie

Description: <p>Moscou (AFP) - Rentrer en France, l'un des pays d'Europe les plus touchés par le coronavirus, ou rester en Russie où le nombre de contaminés grimpe en flèche après avoir été longtemps insignifiant? </p><p&
Biz Congo - Repertoire Kinshasa RDC

Partir ou rester? Un vol rapatrie des Français coincés en Russie

Description: <p>Moscou (AFP) - Rentrer en France, l'un des pays d'Europe les plus touchés par le coronavirus, ou rester en Russie où le nombre de contaminés grimpe en flèche après avoir été longtemps insignifiant? </p><p>Pour Christian Querouix, un retraité français monté samedi à bord d'un vol spécial de Moscou vers Paris, la décision de quitter le plus grand pays du monde s'est prise à contre-coeur.</p><p>"Je suis diabétique et je suis à la fin de mes médicaments", a-t-il expliqué à l'AFP, assis dans un fauteuil roulant, avant d'embarquer à l'aéroport moscovite de Chérémétievo. </p><p>"Sinon je ne serai pas rentré compte tenu de la merde qu'il y a en France et compte tenu qu'ici c'est mieux", a poursuivi cet ancien entrepreneur de 69 ans vivant une partie de l'année à Saint-Pétersbourg.</p><p>Comme lui, près de 170 personnes ont pris samedi un vol organisé exceptionnellement par l'ambassade de France pour rapatrier des ressortissants souhaitant rentrer de Russie.</p><p>L'appareil, affrété par Air France, comptait une majorité de Français mais aussi des Belges, des Allemands, des Suisses et des Britanniques.</p><p>Il y avait également "une famille avec un petit garçon qui a une grave maladie des yeux et qui va être opéré à Lausanne", a précisé Pierre Lévy, l'ambassadeur de France, présent pour rencontrer les passagers.</p><p>La compagnie russe Aéroflot ayant annoncé mardi la suspension de ses vols vers Paris, l'une des dernières grandes villes européennes qu'elle desservait encore, l'Ambassade a dû s'organiser rapidement.</p><p></p><p>- "Plutôt en France qu'ici" -</p><p></p><p>Etudiante à Saint-Pétersbourg, Joséphine de Gouville, 22 ans, s'est décidée à partir à cause d'un conflit avec le propriétaire de son appartement.</p><p>"C'est un peu un déchirement car j'étais juste à la moitié de mes six mois d'échange", regrette-t-elle, se disant néanmoins rassurée de rentrer dans un pays "au système de soins familier".</p><p>Une réflexion semblable pour la passagère Renata Levexier, 52 ans, une Franco-Polonaise travaillant en Russie: "Je ne suis pas sûre à 100% que les informations concernant l'épidémie en Russie soient fiables (...) et je préfère être malade en France plutôt qu'ici".</p><p>Selon les derniers chiffres officiels, la Russie compte 4.731 cas avérés de coronavirus et 43 morts, un bilan qui ne cesse d'augmenter, notamment à Moscou, le principal foyer du pays, après avoir été très bas jusqu'à la mi-mars.</p><p>Pour conjurer la pandémie, le président russe Vladimir Poutine a prolongé jeudi jusqu'à la fin du mois la cessation du travail imposée depuis une semaine dans toute la Russie. </p><p>En parallèle, les autorités régionales ont reçu la responsabilité de fixer les termes du confinement de la population, appliqué dans la majorité du pays.</p><p>Les autorités russes ont par ailleurs annoncé la suspension temporaire des vols permettant le retour des milliers de citoyens russes désirant rentrer de l'étranger.</p><p>A l'inverse, la situation n'était pas parfaitement claire samedi concernant le départ d'autres vols permettant le départ d'étrangers présents en Russie.</p><p>"Mais ce n'est pas dans l'intérêt des autorités d'avoir des +étrangers flottants+" sur le territoire russe, a estimé l'ambassadeur de France, Pierre Lévy.</p><p>Parmi ces derniers, certains ont toutefois décidé de rester.C'est le cas d'Alain, 68 ans, expatrié en Russie, rencontré devant l'aéroport alors qu'il venait de se raviser, à la dernière minute, de monter dans le vol affrété par l'ambassade. </p><p>"L'avion est plein et vous avez 200 personnes qui respirent la même clim', le même air", a-t-il avancé, ses valises à la main."Et si quelqu'un à le coronavirus, il est possible qu'il le file à tout le monde."</p><p></p> Visuel miniature: Visuel: Pays: MondeURL: 

Keir Starmer, nouveau visage modéré et europhile de l'opposition britannique

Description: <p>Londres (AFP) - En portant Keir Starmer à leur tête, les travaillistes britanniques ont choisi une figure modérée et europhile, un ancien avocat spécialisé dans la défense des droits de l'Homme, pour mener l'opposit
Biz Congo - Repertoire Kinshasa RDC

Keir Starmer, nouveau visage modéré et europhile de l'opposition britannique

Description: <p>Londres (AFP) - En portant Keir Starmer à leur tête, les travaillistes britanniques ont choisi une figure modérée et europhile, un ancien avocat spécialisé dans la défense des droits de l'Homme, pour mener l'opposition dans le Royaume-Uni de l'après-Brexit.</p><p>Elu à une large majorité samedi, cet homme de 57 ans au visage carré a réussi à rallier les centristes du parti, tout en parvenant à conserver le soutien des partisans de son prédécesseur, le très à gauche Jeremy Corbyn.</p><p>Keir Starmer a réussi ce pari en ne jetant aux orties ni le programme - qui prévoit des nationalisations massives - ni le radicalisme de l'ancien chef de parti travailliste, qui a subi aux élections législatives du 12 décembre une défaite sans commune mesure depuis 1935, notamment en raison du manque de clarté de sa position sur le Brexit.</p><p>Chargé depuis 2016 au sein du parti de cette question qui a déchiré le pays pendant plus de trois ans, Keir Starmer s'est nettement démarqué de la ligne attentiste de Jeremy Corbyn, en se prononçant pour un nouveau référendum et surtout pour le maintien du Royaume-Uni dans l'Union européenne.</p><p>Juste après le vote qui a vu le "leave" l'emporter à 52% en juin 2016, il a fait partie du mouvement de rébellion au sein du Labour contre Jeremy Corbyn, étrillé pour sa molle campagne pour le maintien dans l'UE.</p><p>Keir Starmer devra rassembler et mener à la victoire un parti éclaté par les divisions, qui a perdu les clés de Downing Street au profit des conservateurs depuis dix ans.</p><p>Il devra aussi assainir un parti gangréné par l'antisémitisme, que Jeremy Corbyn est accusé au mieux de ne pas avoir assez combattu, au pire d'avoir laissé complaisamment prospérer.C'est d'ailleurs l'un des engagements qu'il a pris sitôt élu, s'excusant de cette "tache" sur le parti. </p><p>Ni corbyniste ni blairiste (du nom de l'ancien Premier ministre Tony Blair, au libéralisme assumé), Keir Starmer déclarait en décembre au Guardian : "Je n'ai pas besoin du nom de quelqu'un d'autre tatoué sur le front pour savoir ce que je pense".</p><p>"Starmer va être le bureaucrate compétent, celui qui fait les choses.(...) Il demandera au gouvernement de rendre des comptes", estime Steven Fielding, professeur d'histoire politique à l'université de Nottingham, interrogé par l'AFP.</p><p></p><p>- Défenseur puis accusateur -</p><p></p><p>Selon Andrew Rawnsley, éditorialiste de l'hebdomadaire de gauche The Observer, "beaucoup s'interrogent sur sa capacité à inspirer".</p><p>Sérieux, parfois même décrit comme terne face à un Boris Johnson, au pouvoir depuis juillet, et haut en couleurs, Keir Starmer a plus un profil de juriste que de politique pur jus.</p><p>Il n'est d'ailleurs membre du Parlement que depuis 2015, élu dans la circonscription de Holborn et Saint-Pancras à Londres.Dans la foulée de la démission d'Ed Miliband après la défaite des travaillistes - la pire depuis 1987 - les proches de Keir Starmer le pressent de se lancer dans la course à la tête du parti.Faute d'expérience, il refusera et apportera son soutien à Andy Burnham, battu par Jeremy Corbyn. </p><p>Né le 2 septembre 1962, Keir Starmer avait pour camarade d'école le DJ Fatboy Slim, avec qui il prenait des cours de violon.</p><p>Son père était tourneur-ajusteur, sa mère, infirmière souffrant d'une grave maladie auto-immune, ce qui l'a amené à fréquenter les hôpitaux depuis sa jeunesse.Son épouse, avec qui il a deux enfants, travaille pour le NHS, le service public de santé britannique, qui a été au coeur de sa campagne. </p><p>Après des études de droit, à Leeds puis Oxford, il devient avocat et se spécialise dans la défense des droits de l'Homme.C'est ainsi qu'il mènera des batailles judiciaires contre la peine de mort dans les Caraïbes ou défendra des salariés de McDonald poursuivis pour avoir critiqué l'enseigne.</p><p>En 2008, il passe de défenseur à accusateur, en prenant la tête du parquet d'Angleterre et du Pays de Galles, poste qu'il occupera jusqu'en 2013.</p><p>Pendant cette période, il mène les poursuites contre des députés abusant de leurs frais de mandats, mais essuie des critiques pour avoir initialement refusé d'engager des poursuites contre un policier dans l'affaire de la mort d'un vendeur de journaux lors des manifestations de 2009 lors du G20 à Londres.</p><p>Fan d'Arsenal, il est passionné de foot, et joue tous les week-ends.</p><p></p> Visuel miniature: Visuel: Pays: MondeURL: 

Virus: en Italie, des robots au chevet des malades

Description: <p>Varèse (Italie) (AFP) - "Les robots sont des assistants infatigables.Ils ne peuvent être contaminés, ils ne sont jamais malades": ces recrues sont adoubées par le chef de l'unité de soins intensifs de l'hôp
Biz Congo - Repertoire Kinshasa RDC

Virus: en Italie, des robots au chevet des malades

Description: <p>Varèse (Italie) (AFP) - "Les robots sont des assistants infatigables.Ils ne peuvent être contaminés, ils ne sont jamais malades": ces recrues sont adoubées par le chef de l'unité de soins intensifs de l'hôpital Circolo de Varèse en Italie (nord), submergé par les malades du coronavirus. </p><p>Pilotés à distance, les six robots acquis récemment par l'hôpital s'activent auprès des malades, vérifiant les paramètres vitaux ou déclenchant des procédures indispensables au maintien en vie de ces malades durement atteints.Certains des robots sont blancs,  dotés d'écrans et de capteurs sur ce qui fait office de tête, d'autres, plus simples, ressemblent à un petit balai noir sur roues avec une tête-écran rectangulaire.Tous semblent sortis d'un film futuriste.</p><p>En pilotant à distance ces bijoux d'électronique, médecins et infirmiers de cet hôpital de Varèse se protègent et économisent les équipements de protection.Et d'après les médecins, ces petits robots ont un autre atout: ils font sourire certains patients. </p><p>Tout près de la frontière suisse, Varèse est une des zones les plus épargnées de Lombardie, région qui concentre plus de la moitié des décès en Italie.Mais son hôpital a accueilli de nombreux patients des zones durement affectées, comme Bergame où les services sanitaires craquaient de toutes parts. </p><p>En Lombardie, le personnel médical a été "durement touché par le virus.Le fait que ces robots ne puissent être contaminés est quelque chose de formidable", dit Francesco Dentali. </p><p>Selon l'Institut supérieur de la Santé, près de 10% des 120.000 contaminés officiellement recensés dans le pays appartiennent au personnel médical. </p><p>L'ordre des médecins a établi une liste de 70 médecins morts depuis le début de la pandémie, sans être en mesure de préciser si ces décès sont ou non imputables au virus. </p><p>Avec près de 15.000 morts (dont 8.300 en Lombardie), l'Italie est le pays le plus endeuillé du monde par le Covid-19, à en croire les bilans officiels. </p><p>Mais le nombre de décès est sans doute beaucoup plus élevé comme en attestent les premières données sur la surmortalité dans les zones touchées. </p><p></p> Visuel miniature: Visuel: Pays: MondeURL: 

Coronavirus: débat planétaire sur le port du masque, près de 59.500 morts

Description: <p>Madrid (AFP) - En recommandant le port du masque, les autorités américaines ont relancé le débat planétaire sur son efficacité pour lutter contre la propagation éclair de la maladie Covid-19, dont le bilan s'établit à
Biz Congo - Repertoire Kinshasa RDC

Coronavirus: débat planétaire sur le port du masque, près de 59.500 morts

Description: <p>Madrid (AFP) - En recommandant le port du masque, les autorités américaines ont relancé le débat planétaire sur son efficacité pour lutter contre la propagation éclair de la maladie Covid-19, dont le bilan s'établit à près de 59.500 morts depuis son apparition en décembre en Chine.</p><p>Selon le respecté spécialiste américain Anthony Fauci, conseiller du président Donald Trump et membre de la cellule de crise de la Maison Blanche, il ne fait plus guère de doute que le nouveau coronavirus est transmis par voie aérienne quand "les gens ne font que parler, plutôt que seulement lorsqu'ils éternuent ou toussent".</p><p>En conséquence, le président américain a appelé vendredi ses concitoyens à se couvrir le visage à l'extérieur, même s'il a rappelé qu'il ne s'agissait "que de recommandations" que lui-même ne suivrait pas.</p><p></p><p>- L'hypothèse "aérosol" -</p><p></p><p>Depuis le début de l'épidémie, cette hypothèse selon laquelle le coronavirus pourrait se transmettre via l'air expiré (les "aérosols" dans le jargon scientifique) fait l'objet de nombreuses spéculations et n'est pas encore scientifiquement prouvée.</p><p>L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) s'est jusqu'à présent montrée prudente sur le sujet, craignant que l'usage généralisé du masque donne un "faux sentiment de sécurité" et fasse oublier les indispensables mesures-barrières (distanciation sociale, lavage des mains...).De nombreux gouvernements répètent que les masques doivent être uniquement utilisés par les soignants, les malades et leur entourage proche, en disant s'appuyer sur des données scientifiques.</p><p>Pour les promoteurs du port généralisé du masque, ce discours était avant tout destiné à éviter que le grand public se rue sur ceux réservés aux soignants (les masques chirurgicaux et les FFP2, plus protecteurs) et aggrave une pénurie déjà existante.</p><p>Dans les faits, il apparait que les personnes infectées mais sans symptômes représentent peut-être le quart de tous les contaminés, et sont responsables d'une grande partie des contagions, à leur insu.Et vu d'Asie, où les masques chirurgicaux sont omniprésents, le retard des pays occidentaux, ouvertement pointés du doigt, est une aberration. </p><p>Les dernières déclarations américaines ne devraient pas manquer également de relancer la course planétaire à l'achat des précieux masques chirurgicaux, que certains pays -confrontés à la pénurie- s'arrachent désormais.Pays occidentaux, Etats-Unis en tête contre les pays européens, jouent ouvertement des coudes pour s'approvisionner en Chine, suscitant d'inattendues crispations diplomatiques entre alliés.</p><p>La France, qui a infléchi ces derniers jours sa position en "encourageant le grand public" à porter des masques, a annoncé en avoir commandé près de deux milliards auprès de fournisseurs chinois, tout en renforçant sa capacité de production nationale.</p><p></p><p></p><p>- "10/10"-</p><p></p><p>Ce mode de transmission "aérosol" expliquerait l'extrême contagiosité apparente du virus, avec un nombre de cas de contamination de plus de 1.122.320 dans 190 pays et territoires au total, pour 59.456 morts, selon un dernier bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles samedi à 11H00 GMT.</p><p>Ce nombre de cas diagnostiqués ne reflète toutefois qu'une fraction du nombre réel de contaminations, un grand nombre de pays ne testant désormais plus que les cas nécessitant une prise en charge hospitalière.Parmi ces cas, au moins 211.600 sont aujourd'hui considérés comme guéris.</p><p>La moitié de l'humanité est désormais soumise à des mesures de confinement.La Thaïlande est la dernière nation en date à avoir rejoint ce groupe vendredi. </p><p>Avec près de 1.480 morts ces dernières 24 heures, bilan quotidien le plus élevé jamais enregistré dans un seul pays, et 278.458 contaminations, les Etats Unis se retrouvent aujourd'hui sur la ligne de front face à la pandémie.</p><p>La maladie Covid-19 y a déjà tué environ 7.159 personnes et devrait y faire entre 100.000 et 240.000 morts, selon la Maison Blanche, alors que les Américains bâtissent des hôpitaux de campagne de Los Angeles à Miami, avec des milliers de lits supplémentaires de réanimation et un gigantesque navire-hopital à quai à New York.</p><p>L'Europe reste le pays le plus touché, avec l'Italie comme premier pays endeuillé (14.681 décès pour 119.827 cas) où le nombre de cas quotidiens confirmés a néanmoins légèrement ralenti.</p><p>Vient ensuite l'Espagne, avec 11.744 morts pour 124.736 cas.Le pays a enregistré en 24 heures la mort de 809 personnes, un chiffre en baisse pour le deuxième jour consécutif après le record de 950 jeudi, selon le bilan diffusé samedi par les autorités, qui ont annoncé par ailleurs une prolongation du confinement de deux semaines, jusqu'au 25 avril.</p><p>A Madrid, dans un parc des expositions converti en hôpital, les soignants interrompent parfois leur difficile travail pour applaudir les patients guéris.Ainsi d'Eduardo Lopez, 59 ans, qui respire désormais à plein poumons, et donne la note de "10/10" à tous ceux qui l'ont soigné "avec tendresse et une énorme dose d'humanité". </p><p>Ces baisses -très relatives- du nombre de décès ou de contamination laissent entrevoir un vague espoir sur un ralentissement de la propagation du virus après maintenant des semaines de confinement quasi-généralisé auquel ont dû se résoudre les pays les plus touchés. </p><p>Pour autant, les mesures de restrictions doivent être maintenues, ont souligné les autorités sanitaires des pays concernés à la veille des fêtes et vacances de Pâques, principale fête chrétienne de l'année. </p><p>La France compte officiellement 6.507 morts (83.165 cas), et le Royaume-Uni 3.605 morts (38.168 cas). Dans ce dernier pays, où le gouvernement a été critiqué pour sa gestion de la crise, un nouveau triste record de 708 décès en 24 heures a été enregistré vendredi, et la reine Elisabeth II doit prononcer dimanche une rarissime allocution.</p><p></p><p>- Deuil chinois -</p><p></p><p>Samedi, la Chine commémorait les 3.326 "martyrs" qui ont officiellement trouvé la mort durant l'épidémie, apparue en décembre dernier à Wuhan (centre), ville de 11 millions d'habitants qui a enregistré l'essentiel des décès.A 10H00 locales (02H00 GMT), les sirènes ont résonné pendant trois minutes partout dans le pays le plus peuplé du monde.</p><p>"Je ressens beaucoup de tristesse pour nos collègues et patients qui sont morts", a déclaré une infirmière à Wuhan, en tentant de retenir ses larmes."J'espère qu'ils reposent en paix là-haut".</p><p>La journée de recueillement de samedi coïncide avec la fête de Qingming, la "Toussaint chinoise", où plusieurs millions de personnes vont généralement entretenir les tombes de leurs proches décédés.Les autorités, qui craignent une deuxième vague épidémique, veulent éviter les mouvements de foule trop importants et ont encouragé la population à se recueillir à domicile.</p><p>La maladie est désormais jugulée dans le pays, avec uniquement quelques nouveaux cas annoncés chaque jour, la quasi-totalité du fait de personnes venant de l'étranger.La quarantaine drastique a commencé à être levée, mais les doutes persistent sur un bilan humain peut-être beaucoup plus élevé, et le parti communiste au pouvoir fait face à des accusations de mauvaise gestion au début de l'épidémie, qui aurait rendu possible sa propagation à toute la planète.</p><p></p> Visuel miniature: Visuel: Pays: MondeURL: 

Dior Joy Eau de Parfum pour Femme à retrouver chez Amax Paris BXL à L'Empire Shopping Center au 8184, av. De la Libération ex 24 Novembre

JOY de Dior est un parfum immédiat, clair, généreux. La joie, enfin capturée dans un sillage marqué à la fois par la douceur enveloppante et l'énergie. Une ode au plaisir, à la vie. Une eau de parfum illuminée par le sourire vibrant des fleurs et de
Biz Congo - Repertoire Kinshasa RDC

Dior Joy Eau de Parfum pour Femme à retrouver chez Amax Paris BXL à L'Empire Shopping Center au 8184, av. De la Libération ex 24 Novembre

JOY de Dior est un parfum immédiat, clair, généreux. La joie, enfin capturée dans un sillage marqué à la fois par la douceur enveloppante et l'énergie. Une ode au plaisir, à la vie. Une eau de parfum illuminée par le sourire vibrant des fleurs et des hespéridés, la caresse onctueuse des bois et la sérénité des muscs. Une fragrance facettée de mille nuances et pourtant claire, limpide. Disponible également en Émulsion hydratante pour le corps (lotion): Pour une routine de pur plaisir et pour prolonger ce moment de joie : 1. Appliquer le Lait pour le corps JOY de Dior 2. Vaporiser JOY de Dior sur les points de pulsation (sur les poignets, derrière les oreilles et sur le cou)

Virus: Etats-Unis et Royaume-Uni dans la tourmente, lueur d'espoir en Europe

Description: <p>New York (AFP) - Encore très timidement, une lueur d'espoir commençait vendredi à percer en Europe à la faveur d'un certain ralentissement de la propagation du coronavirus, qui y a déjà fait plus de 40.000 morts, mai
Biz Congo - Repertoire Kinshasa RDC

Virus: Etats-Unis et Royaume-Uni dans la tourmente, lueur d'espoir en Europe

Description: <p>New York (AFP) - Encore très timidement, une lueur d'espoir commençait vendredi à percer en Europe à la faveur d'un certain ralentissement de la propagation du coronavirus, qui y a déjà fait plus de 40.000 morts, mais les Etats-Unis et le Royaume-Uni faisaient face à une explosion de la maladie.</p><p>La pandémie menaçait aussi d'une catastrophe dans les pays en guerre. </p><p>Après 1.200 morts en 24 heures, un chiffre inédit dans cette pandémie démarrée en décembre en Chine, les Américains se préparent au pire et bâtissent des hôpitaux de campagne de Los Angeles à Miami ou New York, avec des milliers de lits supplémentaires de réanimation. </p><p>Idem au Royaume-Uni où un vaste hôpital de campagne d'un potentiel de 4.000 lits a été inauguré vendredi à Londres, et où la menace est telle que la reine Elisabeth II, fait rarissime, doit prononcer dimanche une allocution.</p><p>La pandémie de Covid-19 a déjà tué plus de 40.000 personnes en Europe, dont plus des trois quarts en Italie, en Espagne et en France, selon un bilan établi par l'AFP vendredi.</p><p>Le seul espoir est celui d'un ralentissement de la propagation du virus, après maintenant des semaines de confinement quasi-généralisé.</p><p>"Nous commençons à voir la lumière au bout du tunnel", a ainsi espéré l'infirmier italien Paolo Miranda qui chronique sur son compte Instagram la lutte contre la pandémie dans son hôpital de Crémone (nord).La contagion, qui a fait à ce jour 14.700 morts en Italie, pays le plus endeuillé par la pandémie, se poursuit mais confirme son ralentissement entamé il y a une semaine environ, avec une hausse de seulement 4% des cas. </p><p>En Espagne aussi, deuxième pays le plus endeuillé derrière l'Italie, où le nombre de morts en 24 heures a encore dépassé les 900, pour un total de près de 11.000 décès, l'espoir repose sur le ralentissement du rythme des contagions et hospitalisation, assurent les autorités.</p><p>La chancelière allemande, Angela Merkel, dont le pays n'est certes pas le plus touché et a réussi à éviter à ce jour une forte mortalité, l'a dit vendredi : "les derniers chiffres (..) aussi élevés soient-ils, apportent très prudemment un peu d'espoir".</p><p>Les mesures de restrictions doivent toutefois être maintenues, assurent les autorités sanitaires. </p><p>A fortiori en France, où le bilan journalier est reparti à la hausse vendredi avec 588 morts en milieu hospitalier pour un total désormais de plus de 6.500 morts, maisons de retraite comprises.</p><p>La moitié de l'humanité est désormais soumise à des mesures de confinement, parfois très strictes, avec des conséquences économiques et sociales catastrophiques.</p><p></p><p>- Confinement renforcé -</p><p></p><p>Après la Russie, qui a prolongé jeudi ses mesures de confinement pour un mois, c'est la Turquie qui a renforcé ses restrictions vendredi, fermant plus de 30 villes dont Istanbul et Ankara à la circulation automobile pour 15 jours, et étendant aux jeunes le confinement strict déjà imposé aux plus de 65 ans.</p><p>"Dans tout notre pays, les personnes de moins de 20 ans (...) n'auront plus le droit de sortir dans la rue", a déclaré le président Erdogan. </p><p>Selon le dernier comptage de l'AFP, plus d'un million de personnes dans le monde ont été testées positives au nouveau coronavirus, une fraction du nombre réel de malades, un grand nombre de pays ne testant que les cas graves.</p><p>Avec plus de la moitié des plus de 57.000 décès dans le monde, l'Europe reste le continent le plus touché.</p><p>Le Royaume-Uni, dont le gouvernement a été critiqué pour sa gestion de la crise, a enregistré vendredi un record de 684 décès en 24 heures et compte désormais plus de 3.600 morts.</p><p>Mais les Etats-Unis sont en passe de devenir le nouvel épicentre de la pandémie.</p><p>En 24 heures, 1.169 morts ont été enregistrés: une hausse énorme d'un tiers par rapport au comptage de la veille (884) et le bilan quotidien le plus élevé jamais enregistré dans un seul pays.</p><p>Le virus y a déjà tué au total près de 7.000 personnes et devrait y faire entre 100.000 et 240.000 morts, selon la Maison Blanche.</p><p>A New York, les passants portaient vendredi plus de masques, parfois artisanaux, écharpes ou bandanas, après l'appel du maire à se couvrir le visage pour contenir la propagation du coronavirus. </p><p>Les scientifiques du gouvernement américain estiment en effet désormais que le nouveau coronavirus est sans doute transmis par les gens lorsqu'ils parlent et respirent, pas seulement quand ils toussent ou éternuent. </p><p>Mais ce revirement brutal des autorités, qui avaient passé des semaines à dissuader le public d'en porter, en décourageait d'autres.</p><p>"Je n'arrête pas d'entendre des messages contradictoires", confiait un passant, Adam Alvaro. </p><p>Un peu moins de la moitié des piétons appliquaient la consigne à Manhattan, selon une observation des journalistes de l'AFP.</p><p></p><p>- "Le pire est à venir -</p><p></p><p>Mais c'est aussi dans les pays en conflit que le "pire est à venir", a averti le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres.</p><p>"La tempête du Covid-19 arrive maintenant sur tous les théâtres de conflit", a-t-il déclaré, citant la Syrie, l'Ukraine en passant par la Libye, le Yémen, la Birmanie ou encore la Colombie.</p><p>En Chine, pays d'où est partie la pandémie en décembre et dont le bilan officiel de 3.322 morts a fini par susciter des soupçons de sous-évaluation, un moment de recueillement national sera observé pendant trois minutes samedi à 02H00 GMT à la mémoire des personnes décédées.   </p><p>La quarantaine drastique a commencé à y être levée: la circulation reprend et les magasins rouvrent, mais la population reste sur le qui-vive.</p><p>En Afrique - où le président du Niger Mahamadou Issoufou a réclamé "un plan Marshall" pour le continent - et dans d'autres pays du monde dépendant des importations pour leur nourriture et des exportations pour les payer, des centaines de millions de personnes sont menacées de pénuries alimentaires, a prévenu vendredi l'ONU.</p><p></p><p>- "Profonde récession" -</p><p></p><p>A travers le monde, économies et travailleurs sont les victimes collatérales du virus.</p><p>L'activité du secteur privé dans la zone euro a chuté en mars à son plus bas niveau historique, selon le cabinet d'information économique Markit.</p><p>Partout, le chômage explose.L'Espagne a enregistré en mars plus de 300.000 nouveaux demandeurs d'emploi.</p><p>Aux Etats-Unis, 6,6 millions de personnes supplémentaires ont demandé une allocation chômage lors de la semaine écoulée, le double du chiffre déjà record de la semaine précédente.Et le taux de chômage est monté en mars à 4,4%, niveau record en plus de 10 ans.</p><p>Quant à l'Amérique latine, elle entre dans une période de "profonde récession" économique, a annoncé vendredi une agence spécialisée des Nations unies.</p><p>burs-ayv-elc/leo</p><p></p> Visuel miniature: Visuel: Pays: MondeURL: 

Coronavirus: l'armée canadienne déployée dans des villages inuits

Description: <p>Montréal (AFP) - L'armée canadienne a été déployée dans le nord du Québec pour freiner la propagation de la pandémie de coronavirus dans des villages inuits, où deux cas ont été confirmés, a annoncé vendredi le Pr
Biz Congo - Repertoire Kinshasa RDC

Coronavirus: l'armée canadienne déployée dans des villages inuits

Description: <p>Montréal (AFP) - L'armée canadienne a été déployée dans le nord du Québec pour freiner la propagation de la pandémie de coronavirus dans des villages inuits, où deux cas ont été confirmés, a annoncé vendredi le Premier ministre canadien Justin Trudeau.</p><p>Les Rangers, une branche de la force de réserve des forces armées canadiennes (FAC), assuraient déjà une "présence militaire dans les régions peu peuplées du nord du Canada", a indiqué le gouvernement canadien.</p><p>"On a reçu une demande du gouvernement du Québec pour une intervention des forces armées pour prêter main-forte aux communautés nordiques et isolées", a dit le Premier ministre Justin Trudeau, lors de sa conférence de presse quotidienne. </p><p>"Nos membres sont toujours prêts à aider les communautés à lutter" contre le Covid-19."Je peux confirmer que les forces armées seront là pour les Québécois comme pour tous les Canadiens", a-t-il ajouté.</p><p>"Le nombre de militaires et de ressources requis pour effectuer les tâches précises déterminées" doit encore être précisé, a indiqué un porte-parole de l'armée.</p><p>Environ 700 Rangers canadiens, parmi les 5.000 que compte cette unité, sont basés au Québec.</p><p>Lundi, le ministre de la Défense Harjit Sajjan a affirmé que 24.000 militaires pourraient être mobilisés pour aider à ralentir la propagation du virus et intervenir en renfort pour les inondations et les incendies.</p><p>Le premier cas de coronavirus au Nunavik, région arctique québécoise qui abrite quelque 12.000 habitants, essentiellement des Inuits répartis dans un chapelet de 14 villages côtiers, a été recensé samedi.</p><p>Un second cas a été confirmé mercredi dans le village de Puvirnituq, sur la baie d'Hudson.</p><p>Le Canada recensait vendredi après-midi 12.375 cas de coronavirus et 208 morts.</p><p>En outre, 60.000 soldats, soit 85% de l'armée canadienne, ont reçu l'ordre de se placer en isolement en préparation d'éventuels déploiements pour faire face à la pandémie de Covid-19 au Canada.</p><p>"Ils ont l'ordre de rester chez eux et de rester en bonne santé", a indiqué le chef d'Etat-major des forces armées canadiennes Jonathan Vance à la chaîne anglophone Global News.</p><p></p> Visuel miniature: Visuel: Pays: MondeURL: 

Virus: lueur d'espoir d'un ralentissement en Europe, explosion aux États-Unis et au Royaume-Uni

Description: <p>Londres (AFP) - Les chiffres du ralentissement de la propagation du coronavirus suscitent une timide lueur d'espoir en Europe malgré un nombre de morts qui y a dépassé vendredi les 40.000, mais la maladie continue d'exp
Biz Congo - Repertoire Kinshasa RDC

Virus: lueur d'espoir d'un ralentissement en Europe, explosion aux États-Unis et au Royaume-Uni

Description: <p>Londres (AFP) - Les chiffres du ralentissement de la propagation du coronavirus suscitent une timide lueur d'espoir en Europe malgré un nombre de morts qui y a dépassé vendredi les 40.000, mais la maladie continue d'exploser aux Etats-Unis et au Royaume-Uni, tout comme elle menace d'une catastrophe les pays en conflit.</p><p>Les Américains s'attendent au pire, et bâtissent des hôpitaux de campagne partout où ils le peuvent, de Los Angeles à Miami ou New York avec des milliers de lits supplémentaires de réanimation, après un dernier bilan de 1.200 morts en 24 heures, un chiffre inédit dans cette pandémie démarrée en décembre en Chine.</p><p>Idem au Royaume-Uni où un vaste hôpital de campagne d'un potentiel de 4.000 lits a été inauguré ce vendredi à Londres, et où la menace est telle que la reine Elisabeth II, fait rarissime, doit prononcer dimanche une allocution.</p><p>La pandémie de Covid-19 a déjà tué plus de 40.000 personnes en Europe, dont plus des trois quarts en Italie, en Espagne et en France, selon un bilan établi par l'AFP vendredi.</p><p>Le seul espoir est celui d'un ralentissement de la propagation du virus, après maintenant des semaines de confinement quasi-généralisé.</p><p>"Nous commençons à voir la lumière au bout du tunnel", a ainsi espéré l'infirmier italien Paolo Miranda qui chronique sur son compte Instagram la lutte contre la pandémie dans son hôpital de Crémone (nord).La contagion, qui a fait à ce jour 14.700 morts en Italie, pays le plus endeuillé par la pandémie, se poursuit mais confirme son ralentissement entamé il y a une semaine environ, avec une hausse de seulement 4% des cas. </p><p>En Espagne aussi, deuxième pays le plus endeuillé derrière l'Italie, où le nombre de morts en 24 heures a encore dépassé les 900, pour un total de près de 11.000 décès, l'espoir repose sur le ralentissement du rythme des contagions et hospitalisation, assurent les autorités.</p><p>La chancelière allemande, Angela Merkel, dont le pays n'est certes pas le plus touché et a réussi à éviter à ce jour une forte mortalité, l'a dit vendredi : "les derniers chiffres (..) aussi élevés soient-ils, apportent très prudemment un peu d'espoir".</p><p>Les mesures de restrictions commencent à ralentir la propagation du virus, assurent les autorités sanitaires qui insistent, comme celles des autres pays touchés, sur la nécessité de les "maintenir". </p><p>A fortiori en France, où le bilan journalier est reparti à la hausse vendredi avec 588 morts en milieu hospitalier pour un total désormais de plus de 6.500 morts, maisons de retraite comprises.</p><p>La moitié de l'humanité est désormais soumise à des mesures de confinement, parfois très strictes, avec des conséquences économiques et sociales catastrophiques.</p><p></p><p>- Confinement renforcé -</p><p></p><p>Après la Russie, qui a prolongé jeudi ses mesures de confinement pour un mois, c'est la Turquie qui a renforcé ses restrictions de mouvement vendredi, fermant plus de 30 villes dont Istanbul et Ankara à la circulation automobile pour 15 jours, et étendant aux jeunes le confinement strict déjà imposé aux plus de 65 ans.</p><p>"Dans tout notre pays, les personnes de moins de 20 ans (...) n'auront plus le droit de sortir dans la rue", a déclaré le président Erdogan dans une allocution.</p><p>Selon le dernier comptage de l'AFP, plus d'un million de personnes dans le monde ont été testées positives au nouveau coronavirus, une fraction du nombre réel de malades, un grand nombre de pays ne testant que les cas graves.</p><p>Avec plus de la moitié des près de 53.700 décès dans le monde, l'Europe reste le continent le plus touché.</p><p>Le Royaume-Uni, dont le gouvernement a été critiqué pour sa gestion de la crise, a enregistré vendredi un record de 684 décès en 24 heures et compte désormais plus de 3.600 morts.</p><p>Mais les Etats-Unis sont en passe de devenir le nouvel épicentre de la pandémie.</p><p>En 24 heures, 1.169 morts ont été enregistrés: une hausse énorme d'un tiers par rapport au comptage de la veille (884) et le bilan quotidien le plus élevé jamais enregistré dans un seul pays.</p><p>Le virus y a déjà tué au total 6.000 personnes et  devrait y faire entre 100.000 et 240.000 morts, selon la Maison Blanche.</p><p></p><p>- "Le pire est à venir" -</p><p></p><p>Mais c'est aussi dans les pays en conflit que le "pire est à venir", a averti le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres.</p><p>"Il y a une chance pour la paix, mais nous en sommes loin.Le besoin est urgent.La tempête du Covid-19 arrive maintenant sur tous les théâtres de conflit", a-t-il déclaré, citant les conflits de tous les continents, de la Syrie à l'Ukraine en passant par la Libye, le Yemen, la Birmanie ou encore la Colombie.</p><p>En Chine, pays d'où est partie la pandémie en décembre et dont le bilan officiel de 3.322 morts a fini par susciter des soupçons de sous-évaluation, un moment de recueillement national sera observé pendant trois minutes samedi à 02H00 GMT à la mémoire des personnes décédées.</p><p>La quarantaine drastique a commencé à y être levée: la circulation reprend et les magasins rouvrent, mais la population reste sur le qui-vive.</p><p>En Afrique - où le président du Niger Mahamadou Issoufou a réclamé "un plan Marshall" pour le continent - et dans d'autres pays du monde dépendant des importations pour leur nourriture et des exportations pour les payer, des centaines de millions de personnes sont menacées de pénuries alimentaires, a prévenu vendredi l'ONU.</p><p></p><p>- "Profonde récession" -</p><p></p><p>A travers le monde, économies et travailleurs sont les victimes collatérales du virus.</p><p>L'activité du secteur privé dans la zone euro a chuté en mars à son plus bas niveau historique, selon le cabinet d'information économique Markit.</p><p>Le chômage explose.L'Espagne a enregistré en mars plus de 300.000 nouveaux demandeurs d'emploi.L'agriculture et la pêche souffrent de la baisse de la demande et de l'absence de travailleurs saisonniers bloqués par la fermeture des frontières.</p><p>Aux Etats-Unis, 6,6 millions de personnes supplémentaires ont demandé une allocation chômage lors de la semaine écoulée, le double du chiffre déjà record de la semaine précédente.Et le taux de chômage est monté en mars à 4,4%, niveau record en plus de 10 ans.</p><p>Quand à l'Amérique latine, elle entre dans une période de "profonde récession" économique avec cette pandémie, a annoncé vendredi une agence spécialisée des Nations unies.</p><p>En Europe, malgré les interrogations et tiraillements actuels sur la solidarité entre les 27, la présidente de la Commission Ursula von der Leyen s'est dite convaincue que l'UE sortirait "plus forte" de la crise sanitaire.</p><p>burs-ayv/jhd/lb/lpt/fjb</p><p></p> Visuel miniature: Visuel: Pays: MondeURL: 

Virus: explosion du nombre de morts aux États-Unis et au Royaume-Uni

Description: <p>Londres (AFP) - Le nombre de décès dus à la maladie Covid-19 explose aux Etats-Unis, où près de 1.200 personnes sont mortes ces dernières 24 heures, du jamais vu dans un seul pays, et au Royaume-Uni où l'épidémie s
Biz Congo - Repertoire Kinshasa RDC

Virus: explosion du nombre de morts aux États-Unis et au Royaume-Uni

Description: <p>Londres (AFP) - Le nombre de décès dus à la maladie Covid-19 explose aux Etats-Unis, où près de 1.200 personnes sont mortes ces dernières 24 heures, du jamais vu dans un seul pays, et au Royaume-Uni où l'épidémie s'accèlère avec une hausse de 20% des décès quotidiens.</p><p>En Espagne, pays le plus endeuillé au monde derrière l'Italie, le nombre de morts en 24 heures a, vendredi comme la veille, dépassé les 900, portant le bilan total à presque 11.000 décès.</p><p>Mais le rythme de hausse des décès, hospitalisations et cas continue de ralentir, assurent les autorités espagnoles.</p><p>En Allemagne, les mesures de restrictions commencent à ralentir la propagation du virus, assurent les autorités sanitaires qui insistent sur la nécessité de les "maintenir". </p><p>La moitié de l'humanité est désormais soumise à des mesures de confinement, parfois très strictes, avec des conséquences économiques et sociales catastrophiques.</p><p>Selon le dernier comptage de l'AFP, plus d'un million de personnes dans le monde ont été testées positives au nouveau coronavirus, une fraction du nombre réel de malades, un grand nombre de pays ne testant que les cas graves.</p><p>Certains de ceux qui ont guéri racontent la peur de mourir.Javier Lara, espagnol de 29 ans, "sportif et non fumeur" s'est retrouvé "en soins intensifs et sous oxygène": aux soignants, "je demandais: "je vais mourir?M'en remettre?Ils me disaient: +Nous ne le savons pas, ce virus est nouveau+".</p><p>A New York, Diana Berrent, également guérie, fait, elle, tester son plasma, pour savoir s'il contient, après la maladie, suffisamment d'anticorps pour contribuer aux études sur un possible traitement contre la maladie Covid-19. </p><p>"Nous, les rescapés, nous pouvons aider", espère cette énergique photographe américaine de 45 ans, "on pourrait être des superhéros".</p><p></p><p>- Hôpital de campagne -</p><p></p><p>Avec la moitié des près de 53.700 décès dans le monde, l'Europe reste le continent le plus touché.</p><p>Le Royaume-Uni, dont le gouvernement a été critiqué pour sa gestion de la crise, a enregistré vendredi un record de 684 décès en 24 heures et compte désormais plus de 3.600 morts.</p><p>Un immense hôpital de campagne a ouvert vendredi à Londres pour absorber la déferlante de malades s'abattant sur le système de santé.</p><p>Mais les Etats-Unis sont en passe de devenir le nouvel épicentre de la pandémie.</p><p>En 24 heures, 1.169 morts ont été enregistrés: une hausse énorme d'un tiers par rapport au comptage de la veille (884) et le bilan quotidien le plus élevé jamais enregistré dans un seul pays.</p><p>Le virus y a déjà tué au total 6.000 personnes et  devrait y faire entre 100.000 et 240.000 morts, selon la Maison Blanche.</p><p></p><p>- Recueillement national -</p><p></p><p>Peur de la maladie, confinement, perte d'emploi ont des conséquences psychologiques dans le pays, où les professionnels de la santé mentale et les lignes téléphoniques de prévention des suicides sont très sollicités.</p><p>Les bilans continuent aussi de s'alourdir en Italie (près de 14.000 morts) et en France (plus de 5.300).</p><p>En Italie, le plus grand crématorium de Milan, débordé, a fermé ses portes, et des corps ont été emmenés de Bergame, ville la plus touchée, vers d'autres régions pour être incinérés.</p><p>Italie, Espagne, Etats-Unis et France comptent chacun bien plus de morts que la Chine continentale (3.322), pays le plus peuplé du monde où est apparue l'épidémie en décembre, suscitant de forts soupçons sur l'authenticité des chiffres communiqués par Pékin, accusé par un rapport du renseignement américain d'avoir menti en les sous-évaluant largement.</p><p>La Chine observera samedi à 02H00 GMT un recueillement national de trois minutes à la mémoire des personnes décédées du nouveau coronavirus, la majorité dans la localité de Wuhan, berceau de l'épidémie.</p><p>La quarantaine drastique a commencé à y être levée: la circulation reprend et les magasins rouvrent, mais la population reste sur le qui-vive.</p><p>L'inquiétude est grande par ailleurs dans les camps de réfugiés ou de déplacés, en Afrique, encore relativement épargné, mais aussi en Europe.</p><p>Dans la "jungle" de Moria sur l'île grecque de Lesbos, des milliers de réfugiés se bousculent sans précaution devant toilettes et douches."A quoi ça sert de porter un masque alors que je partage les mêmes toilettes que 100 autres personnes?", se désole Hasmad de Kaboul.</p><p>Le savon ne fera pas non plus de miracle si le coronavirus atteint les quelque 2 millions de déplacés de la région du lac Tchad, et l'épidémie sera catastrophique, avertissent humanitaires et autorités locales.</p><p>"Le pire est à venir" dans les pays en conflit, a d'ailleurs averti vendredi le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, répétant son appel à des cessez-le-feu à travers le monde pour aider à endiguer la pandémie.</p><p></p><p>- Economie ou santé -</p><p></p><p>En Afrique - où le président du Niger Mahamadou Issoufou a réclamé "un plan Marshall" pour le continent - et dans d'autres pays du monde dépendant des importations pour leur nourriture et des exportations pour les payer, des centaines de millions de personnes sont menacées de pénuries alimentaires, a prévenu vendredi l'ONU.</p><p>A travers le monde, économies et travailleurs sont les victimes collatérales du virus.</p><p>L'activité du secteur privé dans la zone euro a chuté en mars à son plus bas niveau historique, selon le cabinet d'information économique Markit.</p><p>Le chômage explose.L'Espagne a enregistré en mars plus de 300.000 nouveaux demandeurs d'emploi.L'agriculture et la pêche souffrent de la baisse de la demande et de l'absence de travailleurs saisonniers bloqués par la fermeture des frontières.</p><p>Aux Etats-Unis, 6,6 millions de personnes supplémentaires ont demandé une allocation chômage lors de la semaine écoulée, le double du chiffre déjà record de la semaine précédente.Et le taux de chômage est monté en mars à 4,4%, niveau record en plus de 10 ans.</p><p>Le gouvernement italien, sous pression pour lever les mesures de confinement et relancer l'économie, est face au choix "horrible" de "mettre l'économie en stand-by ou mettre en danger la vie de nombreuses personnes", selon l'Américain Paul Romer, prix Nobel 2018 d'économie.</p><p>Le chef du gouvernement italien Giuseppe Conte a appelé l'UE à être plus "ambitieuse, unie et courageuse".</p><p>Malgré les interrogations actuelles sur la solidarité entre les 27, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, après avoir regretté que l'Europe ne se soit pas plus tôt mobilisé en faveur de l'Italie, s'est dite convaincue que l'UE sortirait "plus forte" de la crise sanitaire.</p><p>burs-ayv/jhd/lb</p><p></p> Visuel miniature: Visuel: Pays: MondeURL: 

Les hôpitaux de campagne fleurissent aux Etats-Unis, en attendant la vague

Description: <p>Washington (AFP) - Dans des centres de conventions, des salles sportives et des parkings, des milliers de lits d'hôpitaux sont en train d'être installés en urgence de Los Angeles à Miami pour parer à la vague imminent
Biz Congo - Repertoire Kinshasa RDC

Les hôpitaux de campagne fleurissent aux Etats-Unis, en attendant la vague

Description: <p>Washington (AFP) - Dans des centres de conventions, des salles sportives et des parkings, des milliers de lits d'hôpitaux sont en train d'être installés en urgence de Los Angeles à Miami pour parer à la vague imminente du coronavirus.Mais un autre problème se profile déjà: le manque de personnels soignants pour les gérer.</p><p>Pour l'instant, ces lits sont souvent vides, car le pic de l'épidémie est pour de nombreuses régions, hors New York, encore distant de plusieurs semaines.Leurs alignements dans des salles immenses évoquent des préparatifs de guerres, et donnent une idée de la catastrophe sanitaire à venir.</p><p>A New York, le centre de convention où Hillary Clinton avait tenu sa malheureuse soirée électorale en 2016 va accueillir des malades du Covid-19.Un navire-hôpital militaire, le Comfort, a 1.000 lits, mais seulement 20 étaient occupés vendredi car l'armée veut seulement des malades non porteurs.</p><p>Depuis mardi, à Detroit, une centaine d'ouvriers et de militaires du génie érigent des cloisons dans le centre de convention TCF Center, où Bernie Sanders faisait encore un meeting début mars.Ils installent des tubes pour l'oxygène, des câbles pour l'électricité et les ordinateurs, et ils ont modifié le système de climatisation afin d'empêcher l'air de sortir.</p><p>"Je travaille 15 heures par jour, c'est le projet le plus important de ma vie", dit à l'AFP Nick Zager, ingénieur du Corps du génie de l'armée de Terre, normalement chargé de secourir les villes dévastées par des ouragans ou inondées par des crues.</p><p>Ici seront installés, sans doute d'ici le week-end, 1.000 chambrettes de trois mètres sur trois, séparées par des cloisons, sur deux niveaux, et dédiées aux futurs malades du virus: 600 lits au niveau supérieur, avec oxygène pour chaque lit, et 400 lits sans oxygène en-dessous pour les malades en voie de rétablissement.Plus 66 lavabos, 49 douches et 23 toilettes.</p><p>C'est le gouvernement fédéral qui finance, après une demande formulée par l'Etat du Michigan seulement dimanche.A charge aux autorités locales de fournir le personnel soignant et les équipements médicaux.</p><p>Et l'armée a pré-planifié par anticipation une vingtaine d'autres sites à Detroit, Grand Rapids et ailleurs dans le Michigan, au cas où.</p><p>"On espère le meilleur et on se prépare au pire", dit Nick Zager, une citation fétiche de son corps d'armée.</p><p></p><p>- Calme avant la tempête -</p><p></p><p>L'armée construit huit hôpitaux de campagne dans la région de New York, à Chicago et dans deux autres villes de l'Illinois, auxquelles s'ajouteront prochainement des sites au Texas et en Louisiane.</p><p>En Californie, la Garde nationale de l'Etat installe un hôpital temporaire dans le paysage désertique d'Indio, avec 125 lits de camp.Un camp de caravanes accueille des malades en isolation à Los Angeles.</p><p>Les hôpitaux eux-mêmes s'étendent sans le concours des pouvoirs publics.</p><p>En Virginie, au sud de Washington, c'est le calme avant la tempête.</p><p>Le pic de l'épidémie n'est prévu qu'en mai, selon un modèle épidémiologique très utilisé et mis en ligne par l'Institute for Health Metrics and Evaluation (IHME) à l'université de l'Etat de Washington.</p><p>L'hôpital Mary Washington de Fredericksburg vient d'aménager une salle des urgences "bis" dans son parking, afin de doubler sa capacité d'accueil.Quand l'AFP s'y est rendue jeudi, il n'y avait encore personne.</p><p>"J'espère qu'on aura jamais à l'utiliser, mais malheureusement, les modèles disent tous que ce ne sera pas le cas", dit à l'AFP Christopher Newman, le directeur médical.</p><p>L'hôpital a doublé 38 à 76 le nombre de lits de réanimations.Il a 71 respirateurs artificiels sous la main.</p><p>Et si la vague triplait ou quadruplait les besoins?Il faudra transférer les malades dans d'autres hôpitaux, dit le docteur Newman.</p><p>"Ma plus grande inquiétude, c'est le personnel", prévient-il.Ici, il s'est arrangé avec les autres médecins spécialistes et de ville.Mais "si tous les hôpitaux sont déjà au double de leurs capacités, ce sera difficile d'avoir assez de monde pour les hôpitaux de campagne".</p><p>New York illustre ce à quoi le reste du pays pourrait être confronté en avril et mai.</p><p>"J'ai demandé au président et à l'armée il y a plus d'une semaine 1.000 infirmières, 150 médecins et 300 thérapeutes respiratoires", s'est plaint le maire Bill de Blasio."Je n'ai toujours rien".</p><p></p> Visuel miniature: Visuel: Pays: MondeURL: 

Coronavirus: les passagers du navire de croisière Zaandam débarquent en Floride

Description: <p>Fort Lauderdale (Etats-Unis) (AFP) - Les passagers des navires de croisière Zaandam et Rotterdam, qui comptaient à leur bord des malades du coronavirus, ont débarqué vendredi à Fort Lauderdale, en Floride, où les deux bateaux
Biz Congo - Repertoire Kinshasa RDC

Coronavirus: les passagers du navire de croisière Zaandam débarquent en Floride

Description: <p>Fort Lauderdale (Etats-Unis) (AFP) - Les passagers des navires de croisière Zaandam et Rotterdam, qui comptaient à leur bord des malades du coronavirus, ont débarqué vendredi à Fort Lauderdale, en Floride, où les deux bateaux avaient accosté la veille après avoir été rejetés par plusieurs ports en Amérique latine. </p><p>"Nous sommes entrés dans l'histoire.D'ici demain, tout cela sera terminé", a exulté le capitaine du Rotterdam, Bas van Dreumel, s'adressant aux passagers, selon un message audio transmis à l'AFP par l'un d'entre eux. </p><p>"Certains d'entre vous ont un long périple pour rentrer chez eux", a aussi souligné le capitaine, remerciant les passagers pour leur patience et leur coopération durant leur voyage. </p><p>Le sort du Zaandam et du Rotterdam a fait l'objet de difficiles négociations entre la compagnie de croisières Holland America, les autorités locales de Floride, le département américain de la Sécurité intérieure et les garde-côtes, qui ont fini par autoriser les navires à accoster jeudi. </p><p>Selon le plan de débarquement, des bus escortés par des policiers locaux doivent transporter vendredi 1.200 passagers qui semblent en bonne santé du port vers l'aéroport de Fort Lauderdale, afin qu'ils prennent des vols charters les ramenant chez eux. </p><p>"Nous marchons dans le couloir", s'est exclamée Wendy De Pinho, une passagère du Rotterdam âgée de 49 ans, dans une vidéo enregistrée en sortant de sa cabine, où elle a vécu en confinement pendant 14 jours avec son mari Rick, 53 ans. </p><p>Le couple porte des masques et on peut les voir monter dans un bus quasi vide, où les individus s'assoient en respectant des distances de sécurité. </p><p>Vingt-six passagers présentant des symptômes de grippe resteront en quarantaine dans leur cabine jusqu'à leur guérison, tandis que 14 personnes nécessitant des soins médicaux urgents ont été évacuées en ambulance dès jeudi vers deux hôpitaux locaux. </p><p>"Certains sont dans une situation critique et d'autres sont stables", a expliqué Jennifer Smith, porte-parole de l'hôpital Broward Health.</p><p>Quatre personnes sont mortes sur le Zaandam.Les causes de leur décès n'ont pas été divulguées et depuis le 22 mars, 250 passagers et membres d'équipage au total ont présenté des symptômes similaires à ceux de la grippe, selon la compagnie Holland America.</p><p>Onze passagers et membres d'équipage ont été testés pour le coronavirus et neufs de ces tests se sont révélés positifs. </p><p>Les navires resteront à Fort Lauderdale jusqu'à samedi avant d'être maintenus à distance près de la côte en attendant que les passagers avec des symptômes à bord soient en assez bonne condition pour débarquer à leur tour. </p><p></p> Visuel miniature: Visuel: Pays: MondeURL: 

Une vidéo se sensibilisation décrivant les gestes barrières en situation réelle de protection en entreprise contre le COVID-19

Type: VieLien Vidéo: https://youtu.be/YmFouAXLc_o
Biz Congo - Repertoire Kinshasa RDC

Coronavirus: le Zaandam avec ses passagers malades accoste en Floride

Description: <p>Fort Lauderdale (Etats-Unis) (AFP) - Le navire de croisière Zaandam, qui a erré pendant des jours après avoir été rejeté par plusieurs pays d'Amérique latine parce qu'il transportait des passagers atteints du corona
Biz Congo - Repertoire Kinshasa RDC

Coronavirus: le Zaandam avec ses passagers malades accoste en Floride

Description: <p>Fort Lauderdale (Etats-Unis) (AFP) - Le navire de croisière Zaandam, qui a erré pendant des jours après avoir été rejeté par plusieurs pays d'Amérique latine parce qu'il transportait des passagers atteints du coronavirus, a accosté jeudi en Floride, ont constaté des journalistes de l'AFP. </p><p>"Les garde-côtes, le département à la Sécurité intérieure, les responsables de la santé et le comté de Broward sont parvenus à la décision d'autoriser les navires de croisière Zaandam et (son adjoint) Rotterdam à accoster à Port Everglades", dans la région de Fort Lauderdale, avait annoncé plus tôt dans la journée sur Twitter le maire de cette ville, Dean Trantalis.</p><p>"Je suis très heureux de pouvoir partager cette bonne nouvelle avec vous (...).Votre voyage de retour à la maison peut bientôt commencer", a dit aux passagers le capitaine du Rotterdam, Bas Van Dreumel, selon un message audio transmis à l'AFP par l'un d'entre eux.</p><p>"Ce fut un long périple", a ajouté le capitaine. </p><p>Le sort du Zaandam, qui a quatre morts à son bord, a fait l'objet de difficiles négociations en Floride.</p><p>Le gouverneur de cet État où résident de nombreux retraités, Ron DeSantis, s'était d'abord opposé à son arrivée, affirmant qu'il ne voulait pas se voir "refourguer" des malades qui épuiseraient les ressources locales face au Covid-19.</p><p>Il a ensuite fait marche arrière, disant à la chaîne Fox News qu'il ne s'était pas rendu compte que des Américains se trouvaient à son bord.</p><p>Et le président américain Donald Trump a reconnu la nécessité d'évacuer les passagers."Nous devons aider les gens.Ils sont dans le pétrin", a-t-il lancé, annonçant par ailleurs que les Britanniques et les Canadiens parmi eux seraient évacués. </p><p>L'épidémiologiste Anthony Fauci, chargé de conseiller la Maison Blanche sur le coronavirus, a lui aussi pesé sur le sujet.</p><p>"Il faut prendre soin des gens malades.On a juste l'obligation de le faire.Et le plus vite possible", a dit l'expert, en appelant à l'évacuation des personnes saines.</p><p>Un autre navire de croisière, le Coral Princess, avec à son bord 12 cas diagnostiqués de coronavirus, est lui aussi en train de naviguer vers le port de Fort Lauderdale, en Floride, a indiqué jeudi à l'AFP la compagnie maritime Princess Cruises.</p><p>Jusqu'ici, sept passagers et cinq membres d'équipage ont été testés positifs, sur 13 tests effectués.Au total, 1.898 personnes se trouvent sur le Coral Princess, qui doit à son tour accoster à Fort Lauderdale samedi, toujours selon Princess Cruises.</p><p></p><p>- Bus désinfectés -</p><p></p><p>Pour le Zaandam, une sortie de crise s'était profilée jeudi matin: un responsable local, Michael Udine, avait indiqué sur Twitter qu'une commission avait approuvé de manière "conditionnelle" le plan de débarquement proposé par Carnival, propriétaire de la compagnie de croisières Holland America.</p><p>La compagnie exploite le Zaandam et le navire envoyé à sa rescousse avec notamment des vivres, du personnel et des tests de dépistage du Covid-19, le Rotterdam.Quelque 400 passagers sains ont été transférés du Zaandam vers le Rotterdam.</p><p>Quatre personnes sont mortes sur le Zaandam.Les causes de leur décès n'ont pas été divulguées et depuis le 22 mars, 250 passagers et membres d'équipage ont eu des symptômes similaires à ceux de la grippe, selon la compagnie Holland America.</p><p>Neuf personnes à bord ont été testées positives au nouveau coronavirus, selon Carnival.</p><p>"Nous avons un hôpital qui a la capacité d'accueillir certaines des personnes gravement malades", a dit le gouverneur de Floride, Ron DeSantis, dont l'Etat compte plusieurs milliers de personnes atteintes du virus.Ces passagers très malades seraient 13 selon la compagnie qui compte aussi un membre d'équipage nécessitant une prise en charge hospitalière.</p><p>Les deux navires transportent 1.250 passagers, dont des Américains et des Canadiens, et 1.186 membres d'équipage.</p><p>Selon le plan de débarquement, environ 1.200 personnes qui ne sont pas malades pourraient rentrer chez elles en avion.Elles seraient transportées dans des véhicules "désinfectés, avec des contacts limités entre personnes, et elles porteraient des masques", a expliqué Holland America mercredi.</p><p>"Les ressortissants étrangers seront transportés par bus vers l'aéroport, mais ils n'iront pas à l'intérieur de l'aéroport.Ils iront directement dans l'avion", a précisé M. DeSantis.</p><p>D'après l'une des responsables du comté de Broward, Barbara Sharief, le débarquement des 1.200 personnes saines pourrait prendre jusqu'à quatre jours. </p><p>Le Zaandam, qui a quitté Buenos Aires le 7 mars, devait finir son voyage au Chili le 21 mars, mais a dû changer de trajectoire à cause du virus.</p><p></p> Visuel miniature: Visuel: Pays: MondeURL: 

Plus d'un million de personnes ont été infectées par le coronavirus

Description: <p>Washington (AFP) - Le monde a franchi jeudi le cap du million de personnes testées positives au coronavirus, un chiffre saisissant qui témoigne de la rapidité de propagation de la pandémie qui sème la mort et le malheur.Car le
Biz Congo - Repertoire Kinshasa RDC

Plus d'un million de personnes ont été infectées par le coronavirus

Description: <p>Washington (AFP) - Le monde a franchi jeudi le cap du million de personnes testées positives au coronavirus, un chiffre saisissant qui témoigne de la rapidité de propagation de la pandémie qui sème la mort et le malheur.Car les économies sont ravagées, comme l'illustre un autre chiffre dramatique : en une semaine, 6,6 millions d'Américains ont perdu leur emploi.</p><p>La moitié de l'humanité est à l'arrêt, soumise à des mesures de confinement parfois extrêmement strictes.</p><p>Le nombre des cas confirmés au coronavirus ne cesse de grimper.Au-delà du million jeudi soir, tandis que celui des décès dépasse désormais largement les 52.000, selon un comptage de l'AFP.</p><p>L'Europe est le continent le plus touché, mais les Etats-Unis sont en passe de devenir le nouvel épicentre avec un quart des cas enregistrés.Ces bilans sont très probablement bien en-dessous de la réalité, faute de capacités suffisantes de dépistage.</p><p>Aux Etats-Unis, promis à devenir le nouvel épicentre de la pandémie, le nombre des nouveaux morts en 24 heures a de nouveau établi un sinistre record: 1.169.</p><p>Présenté par certains comme un "gros rhume" il y a encore quelques semaines, le Covid-19 s'est révélé dans de nombreux cas une maladie redoutable.</p><p>Une fois guéris, les anciens malades racontent la peur de mourir, comme Javier Lara, 29 ans, qui s'est retrouvé "en soins intensifs et sous oxygène", avant de sortir de l'hôpital le 23 mars.Aux soignants, il avait demandé: "Je vais mourir?M'en remettre?Ils me disaient: +nous ne le savons pas, ce virus est nouveau+". </p><p>Les conséquences sociales, déjà, s'annoncent désastreuses.Comme aux Etats-Unis où les demandes hebdomadaires d'allocations chômage ont enregistré un nouveau record, avec 6,6 millions nouvelles demandes.Près de 10 millions de nouveaux chômeurs sur les deux dernières semaines.</p><p>La compagnie aérienne britannique British Airways a annoncé qu'elle plaçait 28.000 salariés, soit 60% de ses effectifs, en chômage partiel.</p><p>L'ampleur de la crise ne dissimule pas les tragédies individuelles : la mort d'un nouveau-né mercredi dans l'Etat du Connecticut a ainsi particulièrement frappé les esprits, les enfants étant jusqu'ici relativement épargnés.</p><p>Selon les projections de la Maison Blanche, le Covid-19 devrait faire entre 100.000 et 240.000 morts aux Etats-Unis.La pandémie a entraîné jeudi le report d'un mois (à mi-août) de la convention du parti démocrate, qui doit désigner son candidat à la présidentielle face à Donald Trump.</p><p>Le président américain qu'il avait subi un nouveau test jeudi, négatif.C'est la deuxième fois qu'il est testé depuis le début de la crise.</p><p>- "Pas de guerre sans armes" -</p><p></p><p>La ville de New York concentre les inquiétudes, avec déjà plus de 1.500 morts.Comme auparavant en Italie, en Espagne ou en France, les personnels médicaux demandent des équipements de protection.</p><p>"Les soldats ne vont pas à la guerre sans armes, pourquoi les infirmiers travailleraient-ils sans équipement de protection?" Une trentaine d'infirmiers avaient organisé jeudi une rare manifestation devant un hôpital new-yorkais, pour dénoncer le manque de masques et de blouses.</p><p>Le maire de la ville Bill de Blasio a demandé à ses administrés de ne sortir qu'avec le visage couvert, anticipant une possible recommmandation nationale des autorités sanitaires.</p><p>"Ca peut être une écharpe, quelque chose que vous avez fabriqué chez vous, un bandana", a-t-il expliqué lors d'un point de presse, mais cela "n'a pas besoin d'être un masque de professionnel".</p><p>En Italie, pays le plus endeuillé par la pandémie à ce jour, le plus grand crématorium de Milan a fermé ses portes jeudi, débordé par l'afflux de corps.A Bergame, la ville la plus touchée du pays, des corps ont été transportés par camions militaires vers d'autres régions pour être incinérés.</p><p>En Iran (3.160 morts), où les autorités se sont résolues fin mars à interdire tout déplacement entre les villes, le président du Parlement Ali Larijani a été testé positif à son tour.</p><p>Malgré des mesures de confinement, les bilans ne cessent de s'alourdir: près de 14.000 morts en Italie, 10.000 en Espagne, plus de 5.900 aux Etats-Unis.</p><p>En France, le bilan a été porté à 5.300 morts, dont près de 900 personnes décédées en maison de retraite. </p><p>L'ampleur du drame dans ces quatre pays qui ont chacun dépassé le bilan officiel de décès communiqués pour la Chine continentale (3.318) où l'épidémie s'était déclarée, suscitent des soupçons sur l'authenticité des chiffres chinois.</p><p>Pékin a menti en les sous-évaluant largement, affirme ainsi un rapport confidentiel du renseignement américain, cité par plusieurs parlementaires.</p><p>- Economie ou santé -</p><p></p><p>Mais c'est l'Espagne qui a de nouveau déploré jeudi les pertes les plus lourdes avec 950 décès en 24 heures, un nouveau record dans le pays, qui a aussi enregistré en mars plus de 300.000 nouveaux demandeurs d'emploi.</p><p>Le gouvernement italien, sous pression pour lever les mesures de confinement et relancer une économie au ralenti, est face au choix "horrible" de "mettre l'économie en stand-by ou mettre en danger la vie de nombreuses personnes", selon l'Américain Paul Romer, Prix Nobel 2018 d'Economie.</p><p>La Commission européenne a proposé jeudi de créer un instrument pour garantir jusqu'à 100 milliards d'euros les plans nationaux de soutien à l'emploi.</p><p>Et la Banque mondiale s'est dite prête à mettre sur la table jusqu'à 160 milliards de dollars sur les 15 prochains mois pour aider les pays à répondre aux conséquences sanitaires immédiates de la pandémie et soutenir la reprise économique.</p><p>- Polémique -</p><p></p><p>En Russie, le président Vladimir Poutine a prolongé jusqu'à la fin du mois le principe de jours chômés imposé depuis une semaine, laissant les autorités régionales fixer les termes du confinement, notamment à Moscou, principal foyer dans le pays.</p><p>Faute de vaccin ou de traitement, l'isolement reste le moyen de lutte le plus efficace.Il impose aux hommes et aux femmes le principe de distanciation sociale et doit limiter ainsi la propagation d'un virus extrêmement contagieux.</p><p>Un vrai défi dans les pays pauvres, comme au Rwanda.Désormais dans la misère la plus totale, Regine Murengerantwari, veuve, ne peut offrir qu'un bol de porridge par jour à ses quatre enfants, d'ordinaire nourris à l'école à Kigali.</p><p>Autre polémique, des responsables politiques français ont accusé des acheteurs américains d'avoir "surenchéri" pour acheter des livraisons de masques de protection fabriqués en Chine et commandés par la France.Washington a dénoncé des informations "complètement fausses" mais l'échange montre combien il est difficile aux Etats et aux collectivités de s'approvisionner en équipements médicaux. </p><p>Et après plusieurs jours de blocage, la Floride a finalement autorisé un paquebot de croisière à accoster au nord de Miami pour débarquer ses passagers dont certains sont atteints du coronavirus.</p><p>Le Zaandam errait en mer depuis des jours, rejeté par plusieurs ports d'Amérique latine.</p><p></p><p>burs-cyj/cjc</p><p></p> Visuel miniature: Visuel: Pays: MondeURL: 

Canada: des vols de rapatriement organisés entre ministres par SMS

Description: <p>Montréal (AFP) - Le ministre canadien des Affaires étrangères François-Philippe Champagne a organisé un vol de rapatriement d'urgence pour des Canadiens se trouvant au Pérou, en échangeant des textos avec son homologue e
Biz Congo - Repertoire Kinshasa RDC

Canada: des vols de rapatriement organisés entre ministres par SMS

Description: <p>Montréal (AFP) - Le ministre canadien des Affaires étrangères François-Philippe Champagne a organisé un vol de rapatriement d'urgence pour des Canadiens se trouvant au Pérou, en échangeant des textos avec son homologue en pleine pandémie de coronavirus, a-t-il raconté jeudi. </p><p>Cette opération s'inscrivait dans ce que le ministre a décrit, dans un entretien à l'AFP, comme "le plus important rapatriement de voyageurs canadiens à l'étranger dans l'histoire du Canada", en raison de la pandémie.</p><p>Depuis la mi-mars, le Canada a pressé ses ressortissants qui se trouvaient encore à l'étranger de rentrer chez eux tandis que les pays commençaient à fermer leurs frontières ou mettaient en place des restrictions de circulation.</p><p>Au total, environ 8.000 Canadiens ont déjà été ramenés au pays, provenant de plus de 30 pays et à bord de plus de 40 vols gouvernementaux, après que l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a déclaré la pandémie en mars, a précisé le ministère. </p><p>M. Champagne a évoqué des obstacles "sans précédents": fermeture de l'espace aérien, d'aéroports, restrictions de voyage ou d'entrée de sortie, restrictions de mouvement et quarantaines.</p><p>"J'ai dû négocier les créneaux d'atterrissage de nos avions au Pérou.Je l'ai fait par textos, pour être honnête", a-t-il déclaré."J'ai dit à mon homologue au Pérou que nous devions faire atterrir nos avions là-bas, alors nous avons commencé à échanger des messages.C'est comme ça que j'ai obtenu les dates et les heures (des vols), parce que maintenant chaque avion qui quitte le Pérou doit le faire depuis l'aéroport militaire de Lima."</p><p>"C'est de loin l'exercice de rapatriement le plus difficile que nous ayons jamais fait", a-t-il estimé. </p><p>Le ministre a également précisé être en contact chaque semaine avec un "sous-groupe des pays du G20" afin de ralentir la propagation du coronavirus, au sein duquel il a "plaidé pour la mise en place de ponts aériens comme ceux que nous avions durant la Seconde Guerre mondiale, pour que les chaînes d'approvisionnement soient maintenues, pour permettre le transit ainsi que le rapatriement des citoyens".  </p><p>Cette période de crise a permis de créer de nouvelles collaborations entre des nations, selon M. Champagne, citant notamment le Brésil, la Turquie, l'Allemagne, la France, la Grande-Bretagne, Singapour, la Corée du Sud, le Maroc et le Pérou. </p><p></p> Visuel miniature: Visuel: Pays: MondeURL: 

Coronavirus: le Zaandam et ses passagers malades autorisés à accoster en Floride

Description: <p>Fort Lauderdale (Etats-Unis) (AFP) - Le navire de croisière Zaandam, qui a erré pendant des jours après avoir été rejeté par plusieurs ports parce qu'il transportait des passagers atteints du coronavirus, a été autoris
Biz Congo - Repertoire Kinshasa RDC

Coronavirus: le Zaandam et ses passagers malades autorisés à accoster en Floride

Description: <p>Fort Lauderdale (Etats-Unis) (AFP) - Le navire de croisière Zaandam, qui a erré pendant des jours après avoir été rejeté par plusieurs ports parce qu'il transportait des passagers atteints du coronavirus, a été autorisé jeudi à accoster en Floride, où les personnes les plus malades pourront être soignées.</p><p>"Les garde-côtes, le département à la Sécurité intérieure, les responsables de la santé et le comté de Broward sont parvenus à la décision d'autoriser les navires de croisière Zaandam et (son adjoint) Rotterdam à accoster à Port Everglades", dans la région de Fort Lauderdale, a annoncé sur Twitter le maire de cette ville, Dean Trantalis.</p><p>"Je suis très heureux de pouvoir partager cette bonne nouvelle avec vous (...).Votre voyage de retour à la maison peut bientôt commencer", a dit aux passagers le capitaine du Rotterdam, Bas Van Dreumel, selon un message audio transmis à l'AFP par l'un d'entre eux.</p><p>"Ce fut un long périple", a ajouté le capitaine. </p><p>Le sort du Zaandam, qui a quatre morts à son bord, a fait l'objet de difficiles négociations en Floride.</p><p>Le gouverneur de cet État où résident de nombreux retraités, Ron DeSantis, s'était d'abord opposé à son arrivée, affirmant qu'il ne voulait pas se voir "refourguer" des malades qui épuiseraient les ressources locales face au Covid-19.</p><p>Il a ensuite fait marche arrière, disant à la chaîne Fox News qu'il ne s'était pas rendu compte que des Américains se trouvaient à son bord.</p><p>Et le président américain Donald Trump a reconnu la nécessité d'évacuer les passagers."Nous devons aider les gens.Ils sont dans le pétrin", a-t-il lancé, annonçant par ailleurs que les Britanniques et les Canadiens parmi eux seraient évacués. </p><p>L'épidémiologiste Anthony Fauci, chargé de conseiller la Maison Blanche sur le coronavirus, a lui aussi pesé sur le sujet.</p><p>"Il faut prendre soin des gens malades.On a juste l'obligation de le faire.Et le plus vite possible", a dit l'expert, en appelant à l'évacuation des personnes saines.</p><p></p><p>- Bus désinfectés -</p><p></p><p>Jeudi matin, une sortie de crise s'était profilée: un responsable local, Michael Udine, avait indiqué sur Twitter qu'une commission  avait approuvé de manière "conditionnelle" le plan de débarquement proposé par Carnival, propriétaire de la compagnie de croisières Holland America.</p><p>La compagnie exploite le Zaandam et le navire envoyé à sa rescousse avec notamment des vivres, du personnel et des tests de dépistage du Covid-19, le Rotterdam.Quelque 400 passagers sains ont été transférés du Zaandam vers le Rotterdam.</p><p>Quatre personnes sont mortes sur le Zaandam.Les causes de leur décès n'ont pas été divulguées et depuis le 22 mars, plus de 200 passagers et membres d'équipage ont eu des symptômes similaires à ceux de la grippe, selon la compagnie Holland America.</p><p>Neuf personnes à bord ont été testées positives au nouveau coronavirus, selon Carnival.</p><p>"Nous avons un hôpital qui a la capacité d'accueillir certaines des personnes gravement malades", a dit le gouverneur de Floride, Ron DeSantis, dont l'Etat compte plusieurs milliers de personnes atteintes du virus.Ces passagers très malades seraient moins de 10 selon la compagnie.</p><p>Les deux navires transportent 1.243 passagers, dont 305 Américains et 257 Canadiens, et 1.247 membres d'équipage.</p><p>Selon le plan de débarquement, environ 1.200 personnes qui ne sont pas malades pourraient rentrer chez elles en avion.Elle seraient transportées dans des véhicules "désinfectés, avec des contacts limités entre personnes, et elles porteraient des masques", a expliqué Holland America mercredi.</p><p>"Les ressortissants étrangers seront transportés par bus vers l'aéroport, mais ils n'iront pas à l'intérieur de l'aéroport.Ils iront directement dans l'avion", a précisé M. DeSantis.</p><p>D'après l'une des responsables du comté de Broward, Barbara Sharief, le débarquement des 1.200 personnes saines pourrait prendre jusqu'à quatre jours.</p><p>Quelque 45 personnes présentant des symptômes légers resteraient à bord à l'isolement jusqu'à guérison, selon le plan. </p><p>Le Zaandam, qui a quitté Buenos Aires le 7 mars, devait finir son voyage au Chili le 21 mars, mais a dû changer de trajectoire à cause du virus.</p><p></p> Visuel miniature: Visuel: Pays: MondeURL: 

Royaume-Uni: critiqué, le gouvernement promet de dépister dix fois plus

Description: <p>Londres (AFP) - Sous le feu des critiques pour l'insuffisance du dépistage du nouveau coronavirus, le gouvernement britannique s'est fixé jeudi un objectif de 100.000 tests par jour d'ici à fin avril pour soulager
Biz Congo - Repertoire Kinshasa RDC

Royaume-Uni: critiqué, le gouvernement promet de dépister dix fois plus

Description: <p>Londres (AFP) - Sous le feu des critiques pour l'insuffisance du dépistage du nouveau coronavirus, le gouvernement britannique s'est fixé jeudi un objectif de 100.000 tests par jour d'ici à fin avril pour soulager des hôpitaux débordés et, à plus long terme, sortir du confinement.</p><p>Alors que la pandémie a fait près de 3.000 morts au Royaume-Uni, les autorités voient l'indignation monter dans un secteur médical soumis à rude épreuve, relayée par une presse très sévère y compris parmi les titres habituellement favorables au pouvoir conservateur.</p><p>En dépit des promesses martelées ces derniers jours, le service public de santé, le NHS, reste incapable de dépister à grande échelle les plus de 5% de son personnel (bien plus dans les zones critiques) en quarantaine car présentant des symptômes, ce qui permettrait d'en renvoyer une partie au travail.</p><p>Lui-même à peine guéri, le ministre de la Santé Matt Hancock a reconnu devant la presse des difficultés dans les approvisionnements, ralentis par la gigantesque demande mondiale actuelle, et de faibles capacités de dépistage au Royaume-Uni, contrairement notamment à l'Allemagne.Il a annoncé un plan permettant de multiplier quasiment par dix le nombre de tests pratiqués en un mois, d'abord pour les patients et ensuite pour les soignants.</p><p>"Il y aura des problèmes comme ceux que nous avons déjà rencontrés: bâtir un nouveau secteur n'est pas facile", a-t-il averti."Nous sommes au milieu d'une guerre contre un ennemi invisible (...) et nous allons gagner".</p><p>Il s'agira aussi bien de tests basés sur une analyse génétique, qui permettent de dire si une personne est infectée, que de tests sérologiques.Ces derniers, pas encore disponibles, visent à déterminer après coup si un individu a été en contact avec le virus, et s'il est donc a priori immunisé et apte à "revenir à une vie aussi normale que possible", a assuré le ministre.</p><p>Selon les statistiques officielles publiées jeudi, le pays a enregistré au total 2.921 décès à l'hôpital de patients atteints par le virus, avec une nouvelle hausse record de 569 nouveaux cas recensés en une journée.</p><p>Le nombre de patients officiellement testés positifs s'élève à 33.718.</p><p></p><p>- "Débloquer le casse-tête" -</p><p></p><p>Les autorités britanniques avaient d'abord choisi de réserver les tests aux cas les plus critiques en dépit des recommandations de l'Organisation mondiale de la Santé, avant de promettre 15.000 tests quotidiens rapidement, un objectif qu'elles peinent à atteindre.</p><p>Le chef du gouvernement Boris Johnson, lui-même infecté, avait devancé son ministre en annonçant dès mercredi soir une augmentation "massive" des tests."C'est ainsi que nous allons débloquer le casse-tête du coronavirus (...) et le vaincre", a martelé le dirigeant conservateur, qui présente toujours des "symptômes légers", selon un porte-parole.</p><p>Parmi les mesures retenues pour aller plus loin, Matt Hancock a expliqué que des partenariats seraient noués avec des partenaires privés comme le géant américain Amazon et les géants pharmaceutiques, alors que le dépistage est pour l'instant très centralisé.</p><p>Sur la BBC, le directeur général du centre de recherche Francis Crick Institute, Paul Nurse, avait appelé le gouvernement à mobiliser les petits laboratoires dans "l'esprit de Dunkerque", la bataille de 1940 qui avait vu des soldats britanniques évacués des plages françaises par des centaines de bateaux de pêche.</p><p>L'inquiétude est forte parmi les soignants, en première ligne et qui se sont vu parfois refuser des dépistages dans les centres ouverts ces derniers jours.</p><p>"Ils m'ont dit de venir ici, mais ils ne veulent pas me tester ici sans e-mail.Je ne sais même pas qui je dois contacter pour obtenir un rendez-vous", a confié une aide-soignante au tabloïd The Sun.</p><p>Le personnel médical s'alarme aussi du manque de masques et de combinaisons médicales.Les appareils respiratoires sont également en nombre insuffisant, ce qui forcera les médecins à prendre de "graves décisions" pour déterminer quels patients peuvent en bénéficier, a prévenu la British Medical association, qui représente médecins et étudiants en médecine.</p><p>Selon The Guardian, un grand hôpital londonien s'est presque retrouvé à court d'oxygène face à l'afflux de patients nécessitant une aide respiratoire.</p><p></p> Visuel miniature: Visuel: Pays: MondeURL: 

L'OMS repète sa mise en garde aux jeunes face au coronavirus

Description: <p>Copenhague (AFP) - L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a rappelé jeudi que les jeunes étaient aussi concernés par la pandémie de Covid-19 due au nouveau coronavirus, qui a fait des victimes parmi les enfants et adole
Biz Congo - Repertoire Kinshasa RDC

L'OMS repète sa mise en garde aux jeunes face au coronavirus

Description: <p>Copenhague (AFP) - L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a rappelé jeudi que les jeunes étaient aussi concernés par la pandémie de Covid-19 due au nouveau coronavirus, qui a fait des victimes parmi les enfants et adolescents.</p><p>"L'idée selon laquelle +le Covid-19 touche uniquement les personnes âgées+ est factuellement erronée", a rappelé le directeur-général de l'OMS Europe, Hans Kluge, lors d'une conférence de presse hebdomadaire diffusée en ligne depuis Copenhague.</p><p>"L'âge n'est pas le seul facteur de risque pour une forme grave de la maladie", a insisté M. Kluge.</p><p>Des cas critiques ont été observés chez des adolescents et de jeunes adultes, beaucoup ont nécessité des soins intensifs et certains sont décédés, a-t-il relevé.</p><p>En Europe, la plus jeune victime recensée est une enfant de 12 ans, morte en Belgique.Aux Etats-Unis, un bébé de six semaines, contaminé par le coronavirus, est également décédé.</p><p>De 10 à 15% des moins de 50 ans souffrent d'une infection modérée à grave, selon l'OMS.</p><p>Toutefois "ceux qui vieillissent en bonne santé présentent moins de risque", a indiqué M. Kluge qui assure "que des personnes de plus de 100 ans (...) admises à l'hôpital pour le Covid-19 se sont depuis complètement rétablies".</p><p>L'OMS Europe recense plus de 464.859 cas officiels liés au virus et 30.098 morts dans les 53 pays très différents de sa circonscription, qui s'étend des côtes Atlantique du continent à la côte Pacifique de la Russie.</p><p>Quelque 80% des personnes décédées présentaient au moins une comorbidité sous-jacente, en particulier des maladies cardiovasculaires et du diabète.</p><p>Pour M. Kluge, le respect des consignes sanitaires est nécessaire "à tout âge".</p><p>"C'est non seulement un acte de solidarité envers les autres, particulièrement envers ceux les plus susceptibles d'être gravement touchés, mais aussi un acte vital pour (sa) propre santé et (sa) sécurité".</p><p></p> Visuel miniature: Visuel: Pays: MondeURL: 

Virus: Au nom du père, un Chinois demande des comptes

Description: <p>Wuhan (Chine) (AFP) - "Je n'ai plus peur".Pour avoir perdu son père au tout début de l'épidémie, un habitant de Wuhan accuse les autorités chinoises d'avoir minimisé la maladie et tardé à réagir, a
Biz Congo - Repertoire Kinshasa RDC

Virus: Au nom du père, un Chinois demande des comptes

Description: <p>Wuhan (Chine) (AFP) - "Je n'ai plus peur".Pour avoir perdu son père au tout début de l'épidémie, un habitant de Wuhan accuse les autorités chinoises d'avoir minimisé la maladie et tardé à réagir, au prix de nombreuses vies.</p><p>La métropole de 11 millions d'habitants, où le nouveau coronavirus a fait son apparition à la fin de l'an dernier, sort petit à petit de son confinement, qui doit être entièrement levé mercredi.</p><p>Cherchant à faire oublier les débuts chaotiques de l'épidémie, Pékin se vante d'être parvenu à enrayer la contagion, qui s'est répandue dans le monde entier comme une traînée de poudre.</p><p>Mais pour Monsieur Zhang, la victoire en vue a un goût amer.</p><p>Le quinquagénaire raconte à l'AFP qu'il a accompagné son père à l'hôpital en janvier dernier, pour une opération légère, juste avant que Wuhan soit mise en quarantaine.Quelques jours plus tard, le patient décédait du Covid-19.</p><p>Accusant les autorités de mensonge et d'incompétence dans la gestion du virus, il attend des explications.</p><p>"Je n'ai plus peur", dit l'homme, qui assure avoir contacté en vain la mairie de Wuhan."Je veux connaître la vérité".</p><p>M. Zhang ne donnera pas son nom complet en raison des conséquences à attendre pour ceux qui parlent à la presse étrangère. </p><p></p><p>- "Combien de familles dévastées?" -</p><p></p><p>Comme lui, des proches de victimes déversent leur colère sur les réseaux sociaux, accusant le régime du président Xi Jinping de sous-estimer le bilan de l'épidémie.</p><p>"Combien de familles ont été dévastées par un fléau qui aurait pu être arrêté?" s'interroge une veuve wuhanaise, qui traite le pouvoir de "criminel" sur le réseau social Weibo.</p><p>Si l'apparition d'un nouveau virus a été constatée début décembre, des médecins de Wuhan ont été réprimandés à la fin de ce même mois pour avoir donné l'alerte sur sa dangerosité.Il a fallu attendre le 20 janvier pour que les autorités sanitaires annoncent sa capacité de transmission interhumaine, juste avant la mise en quarantaine de la ville.</p><p>Entretemps, des millions de personnes avaient quitté la ville, propageant la maladie dans le reste du pays et du monde.</p><p>Le père de Monsieur Zhang, lui, est tombé malade peu après son opération.Il devait décéder peu après son admission dans un service pour patients en quarantaine. </p><p>"Je suis hanté par les remords.L'emmener ici, c'était le mener à la mort", raconte le fils, convaincu que son père a contracté la maladie lors de son hospitalisation.</p><p></p><p>- Bilan contesté -</p><p></p><p>En dehors de la Chine, Pékin fait face à des doutes croissants sur le nombre exact de victimes, y compris de la part du président américain Donald Trump.</p><p>Selon les derniers chiffres officiels, la maladie a contaminé près de 82.000 personnes en Chine, dont plus de 3.300 mortellement, un bilan désormais très inférieur à celui de pays comme l'Italie, l'Espagne et les Etats-Unis.</p><p>Pékin laisse entendre que son système politique autoritaire a permis de juguler rapidement l'épidémie.Mais le mécontentement populaire a aussi fait son apparition à Wuhan début mars, lorsque la visite d'une responsable du régime communiste a été troublée par des quolibets d'habitants confinés.</p><p>Aucune enquête officielle n'a été annoncée concernant les responsabilités dans le déclenchement de la pandémie et le pouvoir s'est contenté jusqu'à présent de limoger des responsables locaux. </p><p>Pas suffisant pour M. Zhang, qui a trouvé du réconfort en ligne auprès d'autres proches de victimes.</p><p>"Certaines familles ont perdu trois personnes", témoigne-t-il.</p><p>Mais internet n'est pas sans risque en Chine et le groupe auquel il participait a été infiltré par la police qui a convoqué le principal animateur cette semaine, raconte-t-il.</p><p></p><p>- Obsèques sous surveillance -</p><p></p><p>Peu après son décès, son père était incinéré en l'absence de la famille, confinée comme le reste de la ville.</p><p>Maigre, tendu et le visage couvert d'un masque pendant son entretien avec l'AFP, M. Zhang résiste à présent à la pression des autorités qui lui demandent de venir récupérer les cendres afin de les enterrer.</p><p>L'homme ne veut pas se plier aux nouvelles règles qui imposent à la famille de faire une demande officielle d'accès au cimetière et d'y être accompagnée par des fonctionnaires.</p><p>"C'est de la surveillance", dit-il.</p><p>Les autorités justifient ces mesures par la nécessité d'éviter les rassemblements et tout risque de contagion.</p><p>Des proches de victimes exigent une enquête officielle et des sanctions pour les coupables, résume M. Zhang.</p><p>"Le comportement des dirigeants de Wuhan a provoqué cette catastrophe, cette catastrophe d'origine humaine", dit-il, avant d'énumérer: "les cadres ont caché la vérité et les experts ont menti, ce qui a tué beaucoup de monde, y compris mon père".</p><p>"Il est mort mais je suis toujours en vie.Il me faut une explication".</p><p>tjx-llc-jya-dma/bar/ehl/sba</p><p></p> Visuel miniature: Visuel: Pays: MondeURL: 

Get more results via ClueGoal